Amérique LA UNE Santé panorama 21 juillet 2020 (0) (143)

Etats-unis > Coronavirus: Trump défend désormais le port du masque comme un geste «patriotique»

Partager

Alors qu’il rejetait encore le port du masque contre le Covid-19 il y a quelques semaines, Donald Trump a bien changé d’avis. Apparu masqué pour la première fois le 11 juillet, le président américain a publié sur Twitter un plaidoyer en faveur de cette mesure barrière, lundi 20 juillet. Donald Trump présente maintenant le port du masque comme un geste « patriotique ».

« Je ne veux pas porter de masque », disait Donald Trump début avril. Mais « peut-être que je changerai d’avis », avait-il ajouté. Le temps a passé et effectivement, le président des États-Unis n’affiche plus de rejet ou de scepticisme à propos de l’utilité du port de masque facial pour endiguer du mieux possible le risque de contracter le nouveau coronavirus. Après avoir surpris le 11 juillet en apparaissant masqué pour la première fois depuis le début de la pandémie, le locataire de la Maison Blanche a enfoncé le clou via Twitter, le réseau social sur lequel il communique beaucoup.

« Personne n’est plus patriotique que moi, votre président préféré ! »

Lundi 20 juillet, Donald Trump a posté un message défendant le port du masque. Au passage, il a utilisé encore une fois une expression qui crispe la Chine, sur fond de tensions commerciales entre Pékin et Washington : le président a parlé de « virus chinois » et non de « coronavirus » ou de « maladie Covid-19 ». Depuis quelques mois, Donald Trump accuse également la Chine d’être responsable de cette pandémie.

Nous sommes unis dans notre effort pour battre l’invisible virus chinois, et beaucoup de gens disent qu’il est patriotique de porter un masque facial quand la distanciation sociale n’est pas possible. Personne n’est plus patriotique que moi, votre président préféré !,

a-t-il tweeté. À ces mots, le candidat républicain à sa réélection en novembre a ajouté une photo de lui-même portant un masque.

Le président va reprendre ses conférences de presse régulières

Donald Trump prend position donc, mais il souffle le chaud et le froid. Alors que le virus circule toujours sur le sol américain, que des reconfinements locaux sont décidés et que des magasins, dont ceux de la célèbre enseigne Walmart, imposent aux clients d’être masqués, le président a encore affirmé dimanche sur Fox News être opposé à une obligation de porter un masque : « Je veux que les gens aient une certaine liberté. (…) Je ne suis pas d’accord avec l’affirmation selon laquelle si tout le monde met un masque, tout va disparaître. »

Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé du monde avec plus de 140 000 morts du Covid-19, sur les quelque 606 000 victimes dans le monde entier. Donald Trump a décidé de reprendre, à partir de mardi 21 juillet, ses conférences de presse régulières, qu’il tenait quotidiennement en mars et avril, quand la pandémie était au plus haute et faisait une hécatombe États-Unis. Le président, mis à mal lors de ces conférences et auteur de plusieurs sorties critiquées comme lorsqu’il avait suggéré d’avaler du désinfectant pour lutter contre le coronavirus, avait fini par les arrêter.

Leur reprise à venir est perçue comme un signe de l’aggravation de la situation sanitaire dans le pays. Mais Donald Trump assure qu’elles seront surtout l’occasion de présenter au peuple américain les progrès dans la recherche d’un traitement.

Sandra Embollo, Avec Rfi


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *