Afrique LA UNE Politique panorama 21 septembre 2020 (0) (186)

Cameroun > 22 septembre 2020: Tentative d’étranglement de la marche par des stratégies tous azimuts ?

Partager

L’appel du leader du Mrc à une marche pour le départ de Paul Biya a ébranlé le pouvoir qui ne lésine sur aucun moyen pour parer à toute éventualité. L’initiative de Kamto et alliés, étouffée dans l’œuf ?

C’est dans toutes les directions que fusent les tirs groupés contre la marche qualifiée d’insurrection par le pouvoir. Le ministre de l’Administration territoriale était sortie le tout premier au soir même de la Déclaration de Maurice Kamto, pour mettre en garde tous ceux qui vont marcher contre les abeilles qui essaimeront les rues, encore plus pour rappeler les différentes lois qui seront appliquées dont la sanction de prison à vie était mise en relief.

Après, le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement est monté au créneau pour enfoncer le clou des rigueurs de la loi, de l’enfer si à jamais Maurice Kamto et ses alliés bravaient les interdictions de marcher. Pour René Emmanuel Sadi, on ne peut plus parler de marche pacifique dans la mesure où l’objet est le départ de Paul Biya. On croyait la bouclée, que voici le ministre de la santé est revenu à la charge pour déplorer cet appel hasardeux en temps de propagation de Covid-19, au moment où le gouvernement, confie-t-il, tient la situation.

Même Issa Tchiroma Bakary, a donné des conseils au professeur de ne pas descendre dans la rue, car cela serait comme ouvrir une boîte de pandore où pourrait en sortir des monstres. A côté de cette face visible de l’iceberg gouvernemental commis directement et ouvertement à la tâche, on apprend que cet appel est pris très au sérieux du côté du ministère de la Défense où un message porté du maître des céans appelle à la vigilance de la grande muette. Il est alors superflu de parler de leur grand déploiement sur les points stratégiques des grandes métropoles, et surtout à Yaoundé jusqu’au 25 septembre prochain. Les gouverneurs des régions du Littoral, du Centre et de l’Ouest ont pris depuis des décisions interdisant toutes les manifestations non déclarées dans leur unité de commandement.

Comme on le voit, le pouvoir ne semble négliger officiellement aucun détail pour neutraliser la menace visant à déloger Paul Biya du palais d’Etoudi.
Les couches défavorisées comme cible d’attention du pouvoir
Dans cette lancée, on a vu à Douala les autorités administratives être particulièrement agissantes auprès des mototaxis. Entre dons de motos, d’argent et autres, “cette bombe sociale” a connu une sorte de diminution de pression pour minimiser une déflagration. Il en va de même à Yaoundé où des itinéraires sont interdits dans la ville aux engins à deux roues ce 22 septembre.

A Kribi, il était question d’une distribution de maïs à la population. A côté de ces actions spontanées, les communautés se sont singularisées en prenant des initiatives pour contrer ou éventrer cette marche. Ainsi des communautés originaires de l’Ouest à la l’exemple de la communauté Babouantou de Yaoundé a prescrit à ses fils et filles de ne pas descendre dans le rue pour s’associer à la marche. Aussi, les sauveteurs de la ville de Yaoundé ont déposé une plainte au procureur du tribunal de Yaoundé contre Maurice Kamto qui par le fait d’appeler à cette marché nuit à leur bizness. On y lit que toute casse de leur affaire sera au compte du leader du Mrc. Ce ramdam traduit de toute évidence ce que l’évêque de Bafang, Abraham Kome, indexait récemment comme le mal camerounais.

La signification de ce que signifie exister, non pas pour soi mais pour le bien-être de l’autre, l’altruisme, refait surface avec violence. Pour l’homme de Dieu, il urge d’éduquer nos populations dans ce sens pour que l’intérêt national prévaut sur les intérêts particuliers et égoïstes. Une véritable gageure en somme. Cette marche aux yeux du prélat est enracinée dans “l’exister bien”.Tout porte à croire que, comme il en allait dans les années nonante, avec les “Biya must go”, le pouvoir est en train de dupliquer tout simplement la stratégie avec quelques variantes pour annihiler de telles marches et les attentes escomptées.
Léopold DASSI NDJIDJOU


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *