Cameroun > Alternance au pouvoir: Célestin Djamen recadre Joseph Antoine Bell

Partager

Monsieur Joseph Antoine Bell, l’alternance politique est consubstantielle aux élections, est-on obligé de l’écrire ?

Monsieur Joseph Antoine Bell, avec tout le respect que le peuple vous doit pour d’immenses services rendus à la Nation, j’ai néanmoins le regret de vous rappeler que la politique est un monde bien différent de celui que vous avez connu comme footballeur de classe mondiale.

Ainsi donc, vous osez déclarer fièrement que, et je vous cite “si l’alternance était obligatoire elle serait inscrite dans la Constitution”. Curieux !

Ceci m’inspire au moins deux questions.
La première c’est de savoir si tous les devoirs qui nous incombent doivent être inscrites dans la Constitution ? Par exemple est-ce que l’Amour de la Patrie doit être inscrit dans la Constitution ? Est-ce que la transparence des élections doit être inscrite dans la Constitution ou ça se sous-entend? Imaginez-vous une Constitution où il est écrit “la fraude électorale n’est pas autorisée “? Éclats de rire !!

Imaginez-vous une loi qui énonce que l’amour d’une mère pour son enfant est obligatoire ou que le soldat qui va au front doit être patriote.

D’où ma seconde question, est-ce que le caractère non-écrit d’un principe fondamental, je dis bien fondamental, réduit à néant ou remet en cause ce principe ?

Monsieur Joseph Antoine Bell, l’alternance politique est consubstantielle aux élections, est-on obligé de l’écrire ?

D’ailleurs pourquoi le candidat “sortant” irait-il aux élections si son mandat était renouvelable automatiquement ou eternellement?

Pourquoi vous est-il si difficile de comprendre cela ? Je ne dis pas qu’il vous est interdit de supporter ou de soutenir le Président actuel, beaucoup l’ont fait et le font toujours, c’est votre droit mais de grâce,daignez considérer les Camerounais comme des gens qui ont un minimum de bon sens.

Célestin Djamen, Secrétaire national aux droits de l’Homme au sein du Mrc

Cher Joseph Antoine Bell, la tempête des idées confondue dans un nuage de pensées brumeuses peut facilement parfois conduire à un désert de réflexions.

Nous vous invitons à reconsidérer vos propos pour le moins maladroits.

Bien de choses à vous.

Célestin Djamen, Un citoyen libre.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *