Afrique LA UNE Société panorama 31 mai 2020 (0) (421)

Cameroun > Armée: Le reniement des brebis galeuses

Partager

“Le ministère de la Défense décline sa responsabilité pour les forfaits de ces hommes en rupture des liens organiques avec lui et complètement détachable du service”, a précisé promptement le Capitaine de Frégate, Cyrille Atonfack Guemo dans un communiqué signé samedi dernier. Ainsi, l’Armée camerounaise tient à se désolidariser des 3 hommes qui se réclament de ses rangs après la déclaration des deux “soldats braqueurs” à Lomé. Des faits au sein de la l’Armée, on retient que le soldat de première classe Essimbi Francis, aujourd’hui en détention provisoire à Yaoundé suite à une perte d’arme à la Brigade du quartier général de Yaoundé (Bqg) où il servait comme magasinier, est cité à Lomé comme celui qui a mis l’arme à disposition.

Les deux autres ayant pris part au braquage de l’homme d’affaire togolais, sont premièrement le Sergent Oumarou Abou Fadil précédemment en service la Bqg et déclaré déserteur depuis le 23 mars ; il a emporté avec lui son paquetage sans munitions.

Le deuxième, dont la procédure de désertion est en cours, est le Second-maître Ewoundjo Elle Serges Hubert, précédemment en service à la Marine nationale. On apprend par ailleurs de la vidéo que de la perquisition de leur domicile par la police togolaise a permis de saisir deux pistolets automatiques, dont un de marque Tokarev avec son chargeur garni de 6 cartouches.

Il convient de relever que pour ce qui est de ces militaires, des procédures réglementaires, disciplinaires, administratives prévues par les textes en vigueur dans les Forces de Défense ont toutes été enclenchées dans les délais prescrits“, lit-on du communiqué.
Par ailleurs, les enquêtes sécuritaires et judiciaires, déjà ouvertes et conduites par la Division de la Sécurité militaire et la Légion de gendarmerie du Centre, permettront de préciser tous les contours de ces agissements de Lomé au Togo. Ce communiqué du Divcom doit certainement être reçu à Lomé cinq sur cinq.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *