Afrique LA UNE Politique panorama 8 juillet 2020 (0) (47)

Cameroun > Enfumage: Le Rep-cod pour réconcilier le pouvoir et la diaspora.

Partager

Hier à l’hémicycle le réseau des parlementaires diaspora-coopération décentralisée et transfrontalière (Rep-cod) a lancé ses travaux sous la présidence de Cavaye représenté, autour d’une brochette de ministres.


Le vice-président de l’Assemblée nationale Théodore Datuo, représentant Cavaye Yegue Djibril, a mis en exergue la préoccupation de Paul Biya au sujet de la Diaspora. Il a ainsi rappelé que déjà  le 14 juillet 2009, au cours d’une visite en France, Paul Biya affirmait: “je voudrai tout simplement vous dire, que vous Camerounais de la diaspora, avez déjà acquis, je le sais, loin de votre pays d’origine, des riches compétences financières , techniques et intellectuelles dont le Cameroun a besoin. Notre pays se doit d’exploiter ces ressources humaines et matérielles afin de relever de nombreux défis qui doivent inéluctablement le conduire au développement. C’est ainsi esquissée la place de choix que le pouvoir camerounais nourrit à l’endroit de sa diaspora, il y a un certain temps. Au cours de cette visite hexagonale, Paul Biya leur avait aussi dit toute sa foi en leur patriotisme doublé de sagesse.

Il leur recommandait dans la foulée de mettre leur savoir-faire à la disposition du Cameroun. Cette diaspora, depuis l’élection présidentielle de 2018 a tourné le dos dans sa majorité , au régime actuel. Ce réseau vient donc à point nommé dans le sens de la normalisation des rapports entre le pouvoir de Yaoundé et sa diaspora.Le Rep-cod, a été de ce fait porté sur les fonts baptismaux par un décret du 29 avril dernier signé par le président de l’Assemblée nationale (Pan).

L’honorable Louis Henri Ngantcha, le président du Bureau exécutif a été honoré hier à son lancement par la présence d’une kyrielle des membres du gouvernement dont le ministre délégué auprès du Minrex en charge du Commonwealth, le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, le ministre du commerce, le ministre de la ville et du développement urbain, entre autres. C’est un réseau qui regroupe en son sein trente parlementaires. Poursuivant dans son allocution, Théodore Datuo va rappeler au Rep-cod que c’est lui qui a librement libellé le thème de ses travaux ” Diaspora, atout gapnant pour le Cameroun?” Il leur a de ce fait souhaiter plein succès dans l’entreprise de trouver la bonne réponse a l’interrogation.


La diaspora camerounaise en question
Les Camerounais qui vivent au-delà de nos frontières ne sont plus ce qu’ils étaient aux yeux de beaucoup depuis le saccage des missions diplomatiques en France et en Allemagne. C’est entre autre pour normaliser les rapports entre les pouvoirs publics et sa diaspora que ce Réseau voit le jour. Précisément parce que le réseau parlementaire est une entité qui permet  un groupe parlementaire d’identifier les sujets de préoccupation majeure dans la société, de les prendre à bras le corps, d’accompagner ou d’interpeller dans la recherche de solutions, le Rep-cod est né. “Notre rôle est de faciliter la relation entre la diaspora et le gouvernement. Aider la diaspora à s’intégrer dans les projets de développement. Bref, nous voulons travailler à construire le lien de confiance dans la relation entre le pays et sa diaspora.” Dans cette initiative, Le Rep-cod propose une démarche moins formelle, moins institutionnelle à travers le plaidoyer et !e lobiying.” Le Rep-cod est de ce fait dans le couloir de la facilitation et de l’accompagnement de sa conviction au sein des Camerounais de la diaspora. Le deuxième champ d’action du Rep-cod est d’explorer la coopération décentralisée et transfrontalière. Avec les nouvelles balises que dessine le Code des collectivités territoriales décentralisées, la diaspora peut être un levier puissant si elle est mobilisée à bon escient pour tisser les liens. A cet effet, à la dernière élection municipale en France, le Rep-cod se rejouit que plus de 300 Camerounais d’origine ont obtenu des sièges de premier rang dans les communes. Ces élus, selon le président du Réseau peuvent être à !a source de la facilitation des liens de coopération entre leur municipalité et les villes camerounaises.  

Plusieurs Camerounais qui maîtrisent les problématiques de la diaspora à l’exemple de Célestin Djamen, se sont ouverts à la presse. Pour lui, il y a plus de 6000.0000 de Camerounaiis au sein de la diaspora. Il s’agit donc du 1/5 de la population du pays. Les enjeux deviennent donc très importants au point où certains préconisent la mise sur pied d’un ministère des Camerounais de la Diaspora. Mais avant d’en arriver là, il y a la loi sur la nationalité qu’il importe de modifier pour permettre aux Camerounais d’avoir droit à la double ou à la multi-nationalités. C’est une question de temps, d’urgence, et de ce fait, ça presse.
Léopold DASSI NDJIDJOU


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *