Afrique LA UNE Politique panorama 2 juillet 2020 (0) (44)

Cameroun > Assemblée nationale: Le Repatic inscrit les députés à trois jours d’école en bureautique

Partager

Ce séminaire de formation des parlementaires se tient depuis hier et ce jusqu’à demain, à l’Ecole nationale supérieure des postes, des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication (Sup’ptic).


« Je déclare solennellement ouvert ce séminaire de formation », a lancé le vice-président de l’Assemblée nationale, représentant Cavaye Yeguie Djibril. Il avait précédemment décliné les grandes lignes et attentes au cours de cette école. « Pendant trois jours, vous allez vous familiarisez avec des connaissances techniques et méthodologiques portant sur la maîtrise des logiciels de base, l’logiciels d’applications et d’internet. Je vous exhorte à prendre une part active aux travaux de ce séminaire, à vous approprier les concepts, techniques et outils qui vous seront transmis par vos formateurs reconnus pour leur expertise, leur expérience et leur pédagogie, afin que les efforts bénéfiques qui en découleront puissent être valablement exploités par tous les participants », s’est-il ouvert, convaincu que ses collègues sortiront plus aguerris de cette formation.

Il faut signaler par ailleurs que le Réseau des parlementaires pour la formation en Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Repatic) a convié près d’une cinquantaine des députés à ce séminaire pour le renforcement de leurs capacités en matière de l’usage de l’outil informatique et spécifiquement en bureautique en partenariat avec la Sup’ptic. Le représentant du président de l’Assemblée nationale a dans la foulée remercié tour à tour le ministre des postes et télécommunications « parce que qu’elle a bien voulu permettre que le séminaire se tienne au sein de l’Ecole des postes » et le président du Repatic « pour son engagement dans l’organisation dudit séminaire », le président du Sup’ptic « pour la spontanéité avec laquelle il a accepté de former les élus au sein de son établissement ».

Il a poursuivi en indiquant que « le numérique a tellement pénétré nos intimités que nous ne pouvons plus nous passer des outils pourtant très récents ».
En outre, il a indiqué aux députés que par cette formation, ils entrent de plain-pied dans l’important secteur de l’économie numérique. La révolution numérique concerne, a-t-il indiqué, tous les secteurs de la vie qui utilise l’internet et les Tic comme outils de production, et constituent un outil essentiel pour l’amélioration de la qualité de vie des populations, la qualité de service rendue par les administrations. Grâce à la révolution numérique, toutes les performances humaines se trouvent démultipliées. Il a ainsi cité le cas de l’éducation, de la communication, de l’administration, de l’agriculture, de l’industrie, de la médecine et de la banque entre autres. Pour finir, il a expliqué comment la révolution numérique booste ces différents secteurs avant de confirmer que l’acquisition ou la maîtrise de ces outils vont permettre de fluidifier les décisions parlementaires.

Bien avant, Julien Bara Azao, président du Repatic avait dit toute sa foi et tout son optimisme pour cette première expérience de son Réseau. A sa suite le président du Sup’ptic et le représentant du ministre des postes et télécommunication avaient manifesté le même engouement au sujet de ce séminaire, qui se veut une école pérenne à chaque session parlementaire.
Léopold DASSI NDJIDJOU

Réactions:
Julien Bara Azao, président du Réseau des parlementaires en charge de la formation en Ntic
« Le Président va nous donner un Centre de formation »
«Nous allons faire une formation de 3 jours et nous voulons mettre à la disposition des parlementaires un Centre que nous allons demander au Président. Il nous donnera un centre. Nous avons déjà une dizaine d’ordinateurs, on mettra aussi à la disposition de ces parlementaires-là, une imprimante et un photocopieur pour faciliter la mise des documents à la disposition des parlementaires. Nous voulons former les parlementaires non seulement à l’usage de l’outil informatique mais aussi l’apprentissage de la langue anglaise. Cette année au cours de l’Assemblée générale, nous avons ajouté l’anglais dans nos programmes car un parlementaire doit s’exprimer aussi bien en anglais qu’en français. Au cours de la session prochaine, nous allons aussi commencer à la formation des parlementaires en anglais. »

Hon Julien Bara Azao, présidente du Réseau en charge de la formation des parlementaires en Ntic


Hon. Mariam Goni, membre du Repatic
« Nous familiariser à la formation des logiciels »
« En tant que député, je suis concernée. C’est une activité qui a été initiée par un Réseau des parlementaires sur les Tic. En tant que membre de ce réseau, je suis concernée par cette formation et aujourd’hui, nous sommes là pour nous familiariser à la formation des logiciels Word, Excel, Power Point etc. C’est important parce que ce n’est pas tous les députés qui maîtrisent l’outil informatique. Le réseau existe depuis la 9ème Législature. C’est la première activité allant dans ce sens que le Réseau a pu initier pour les députés, c’est-à-dire la formation en informatique ».
Hon. Koupit Adamou, membre du Repatic
« On a besoin d’être capable de maîtriser les logiciels »
« Nous sommes ici dans le cadre d’un séminaire de formation de renforcement des capacités des députés sur les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic). Notamment sur les logiciels bureautiques, Word, Excel, Power point etc. Je pense que nous en avons besoin parce qu’il s’agisse de nos différents comptes rendus, ou de travaux en commissions on a besoin d’être capable de maîtriser les logiciels à usage quotidien. Nous attentes sont à la hauteur de l’importance que nous accordons à ce séminaire. »

Honorable Mariam Goni, membre du Repatic


Propos recueillis par L.D.N.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *