Afrique LA UNE Politique panorama 1 juillet 2020 (0) (82)

Cameroun > Assemblée nationale: Le Réseau de la paix souffle sur le Cameroun

Partager

Hier, 30 juin 2020, à l’occasion de la journée internationale d’actions parlementaires pour la paix instituée par les Nations unies, le passage de témoin entre le Dr Awudu Cyprian (président sortant) et Emabot Brigitte (présidente entrante), s’est fait sous le regard vigilant du président de la Chambre représenté par Théodore Datiou.


« Instituée par l’Onu, cette journée est pour nous un moment privilégié pour magnifier les vertus de la paix. Elle est aussi un espace idoine pour qu’ensemble nous réfléchissions sur les voies et moyens de préserver la paix ou d’aider à la rétablir là où elle est perturbée », a rappelé le représentant de Cavaye. Pour les parlementaires que nous sommes, a-t-il poursuivi, nous nous servons d’un outil qui me semble-t-il, peut être efficace à savoir le plaidoyer. « Je vais vous rappeler que le plaidoyer pour la paix, qu’elle soit nationale ou mondiale, il trouve au Cameroun un terrain on ne peut plus fertile », a confessé avec assurance le Vice-président du Bureau de l’Assemblée nationale. Il a par la suite magnifié la volonté d’ensemble des Camerounais de vivre dans la paix, « l’attachement viscérale des Camerounais aux valeurs de paix, d’équité, de solidarité et de vivre ensemble », a-t-il précisément martelé. « Renforcement du multilatéralisme de la coopération interparlementaire en période de pandémie », est le thème retenu pour la circonstance. Ce thème d’abord d’actualité, à son sens, « recommande que la paix n’est pas seulement l’absence de guerre, au moment où le monde fait face à une épidémie sans précédent du Coronavirus. S’il y a une guerre à mener c’est contre ce nouvel ennemi. Une guerre qui nous interpelle tous face au Covid-19. Il n’y a plus de Nord, de Sud, de pays pauvres ou de pays pauvres mais tous simplement des Etats en proie à toutes sortes d’incertitudes », a indiqué en pédagogue Theodore Datiou. Dans la foulée, il a demandé une minute de silence à la mémoire de tous les défunts emportés par la Covid-19 ainsi que les violences dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et de l’Extrême-Nord du Cameroun. En tant que parlementaire pour la paix, chaque élu du peuple doit considérer que cette journée constitue une inestimable journée à la quête de la paix. « Cela vous rend, et chacun de vous, directement responsable de la qualité de l’environnement sociale dans lequel vous vivez. En tant que représentant du peuple, vous avez le devoir de maintenir autour de vous, un climat de paix, d’unité et de cohésion sans jamais vous départir de la nécessaire solidarité », a-t-il conseillé. Bien avant lui, c’est Emabot Brigitte, la nouvelle présidente du Réseau international des parlementaires pour la paix universelle-Cameroun et des résolutions des conflits, qui a eu l’honneur de prononcer en cinq minutes chrono le message de bienvenue. « L’honneur m’échoit de vous souhaiter une chaleureuse et cordiale bienvenue dans ce temple du peuple souverain, à l’occasion de cette journée d’action parlementaire pour la paix », ainsi prenait le commandement le député Rdpc de Menoua-sud.
Se distinguer par des actions en faveur de la paix
La journée d’hier en l’honneur de la paix au milieu des parlementaires à travers le monde a couronné au sein de l’hémicycle une douzaine de parlementaires qui se sont distingués par des actions notables. Ils ont reçu au cours de la cérémonie d’ouverture leurs attributs distinctifs des mains du président sortant du Réseau des parlementaires pour la paix, le Dr Awudu Cyprian. Le premier d’entre eux a été le président de la Chambre, Cavaye Yeguie Djibril. La tradition a donc été respectée. Les cinq principes fondamentaux qui régissent les missions des ambassadeurs pour la paix ont été rappelés au moment de la remise des parchemins. On retient entre autres. « Nous sommes une seule famille humaine créée par Dieu ; les plus hautes qualités de l’être humain sont de nature spirituelle et morale ; la famille est l’école de l’amour et de la paix ; vivre pour le bien des autres est le moyen de réconcilier la famille et l’individu ; la paix passe par la coopération au-delà des barrières ethniques religieuses et nationales.» Quant au Dr Awudu Cyprian, le président sortant, lui qui est Ambassadeur pour la paix en Afrique et le président exécutif qui a signé pour la création de l’association internationale des parlementaires pour la paix pour le compte du parlement du Cameroun. Il a dit son hymne pour la paix au Cameroun. Pour y parvenir, il a sollicité de passer immédiatement à un cessez le feu et par la suite de s’atteler à une négociation autour d’une table. Pour entretenir les députés, une brochette d’experts universitaires, religieux et des personnalités de la société civile, a été mise à contribution. Il va sans dire que la présidente Emabot Brigitte a dit toute sa reconnaissance à Cavaye Yeguie Djibril pour avoir rendu possible la tenue de la journée des parlementaires pour la paix au Cameroun.
Léopold DASSI NDJIDJOU
Réactions :
Honorable Emabot Brigitte, présidente du Réseau international des des parlementaires pour la paix universelle-Cameroun, député Rdpc de la Menoua-sud.
« Que la paix soit vraiment un acquis »
« Je voudrai d’emblée vous dire que je suis la présidente du Réseau international des parlementaires pour la paix. Nous sommes des élus et nous devons accompagner ces actions à travers les pays, à travers le monde. Que cette paix soit vraiment un acquis. Je pense que c’est pour cela que l’Union Européenne a dû mettre cette journée du 30 juin pour la journée internationale de la paix, pour les parlementaires parce qu’ils savent le gros du boulot que nous avons dans l’arrière-pays. C’est pour cela que j’interpellais mes collègues pour qu’ensemble nous nous unissions pour accompagner cette action de paix, à travers le pays et à travers le monde. »

Honorable Emabot, présidente de la Fédération pour la paix universelle-Cameroun, député Rdpc Menoua-sud

Honorable Divaouissa Aïssa Hamadi, présidente de la Commission des affaires culturelles, sociales et familiales à l’Assemblée, député Undp de Mayo Louti, récipiendaire.
« Œuvrer pour la paix au Cameroun »
Très surprise, très étonnée et très fière que je sois ambassadrice de la paix. Je pense que depuis les années 1990, nous avons toujours œuvré pour la paix dans ce pays. Aujourd’hui, nous devons œuvrer pour la paix dans nos familles, dans nos contrées, dans nos départements, dans tout le Cameroun. C’est très important pour moi ce qui a été fait aujourd’hui, pour que je puisse véritablement mener mes actions telles que les ai toujours menées : la paix, le consensus dans tout ce que je fais. »

Honorable Divaouissa Aïssa Hamadi, député Undp du Nord. Présidente de la Commission des affaires culturelles.

Propos recueillis par L.D.N


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *