Afrique LA UNE Politique panorama 15 avril 2020 (0) (1051)

Cameroun > Cacophonie gouvernementale: Camouflet pour Atanga Nji au banc des accusés

Partager

C’est une lettre interne adressée son collègue Ministre des Finances (Minfi), curieusement abondamment partagée sur la toile, qui entretient et enfle la polémique. Une franche de l’opinion estime que le Ministre de l’Administration territoriale (Minat) s’arroge les pleins pouvoirs du Premier ministre (Pm) en donnant des instructions au Minfi. En réalité, l’objet de la lettre porte sur la demande “d’ouverture d’une enquête et de gel des fonds de l’association illégale dénommée “Survie-Cameroon-Survival-Initiative ” par l’Anif”. Un fait qui suscite le déchaînement d’un tollé car de toute évidence, d’aucuns y voient une violation flagrante des instructions du Pm. Par ailleurs, comme il l’exigeait de ses ministres, on se demande si Atanga Nji, avant de faire cette demande pressante à Louis Paul Motaze, a obtenu préalablement un accord du Pm.

“En ce qui concerne spécifiquement la mise en œuvre de la stratégie gouvernementale de riposte contre la propagation du Coronavirus au Cameroun, les administrations sectorielles impliquées doivent préalablement solliciter et obtenir du chef du gouvernement les autorisations nécessaires avant de prendre les mesures à portée générale, de manière à éviter la cacophonie observée dans la communication sur cette crise sanitaire qui préoccupe la communauté nationale et internationale”, prescrivait le Secrétariat des services du Premier ministre . De toute évidence, si le Minat avait demandé et obtenu l’autorisation du Pm dans son acte, il en aurait fait référence dans sa lettre, la rendant de ce fait plus pressante.
Cette affaire de clôture des comptes a déjà fait couler beaucoup d’encre et de salive au point où certains se demandent si le problème n’est pas du côté des pouvoirs publics qui fragilisent allègrement l’autorité de l’État par des décisions prises à l’emporte-pièce. On ne peut pas s’empêcher aussi de s’interroger aujourd’hui si Atanga Nji sollicite les services de l’Anif via le Minfi parce qu’il aurait essuyé une fin de non recevoir auprès du Directeur général d’Afriland First Bank dans sa décision de clôturer le compte de Survie.

L’autre aspect qui peut jeter davantage le discrédit sur l’action et la communication gouvernementales, est l’affirmation rampante selon laquelle les fonds de Survie n’ont jamais été logés dans un quelconque compte à Afriland. Le bémol qu’on pourrait mettre en relief contre cette flopée d’accusations contre Atanga Nji de se la jouer en solitaire, est l’ampliation de sa lettre à son supérieur hiérarchique et au Secrétariat de la Présidence entre autres. Décidément, ;Suivie-Camerion-Survival-Initiative”, une organisation illégale selon les ternes d’Atanga Nji, donne du grain à moudre aux autorités, qui lui dénie visiblement une mission humanitaire. Toute chose qui promet une avalanche de sorties dans jours à venir.

Léopold DASSI NDJIDJOUa


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *