Cameroun > Camair-co: Les syndicats rejettent le congé technique

Partager

Dans une déclaration rendue publique hier (dimanche, 21 juin 2020), à l’issue d’une réunion intersyndicale, ces leaders battent en brèche cette décision unilatérale préjudiciable pour leur emploi salarié.

Après avoir pris acte de la situation socioprofessionnelle des employés de la Camair-co, les présidents des six syndicats et leurs bureaux respectifs, ainsi que les délégués du personnel présents à Douala rappellent que le dossier du chômage technique est, actuellement, au niveau du conseil d’administration, dont ils attendent la position pour aviser. Par conséquent, ces leaders syndicaux demandent aux travailleurs de ne pas tenir compte de cette décision unilatérale et de vaquer normalement à leurs occupations. Ils affirment mettre en oeuvre toutes les actions jugées utiles pour faire valoir la position des partenaires sociaux, qui militent pour une reprise des opérations dès l’ouverture des frontières, soutenue par un plan de relance solide de nature à assurer la pérennité des emplois décents aux travailleurs et à garantir au Cameroun un instrument de souveraineté qu’est la compagnie aérienne nationale.

Signalons que la crise sanitaire que traverse, à l’heure actuelle, le monde entier a grippé, au premier plan, le transport aérien en général et camerounais en particulier. Avec la fermeture des frontières aériennes et civiles, les vols suspendus, les avions cloués au sol et le personnel inactif. De facto, la compagnie aérienne publique camerounaise a opté pour une suspension provisioire de ses activités. A cet effet, le Directeur général avait, dans une correspondance adressée au Président du conseil d’administration (Pca), suggéré la mise en chômage technique de 371 employés pour une période minimale de six mois. Une action qui nécessite, à peu près, 540.493.822 Fcfa au titre des indemnités. De manière concrète, l’indemnisation serait calculée proportionnellement au salaire mensuel. Soit 50% pour le 1er mois, 40% pour le 2ème, 35% pour le 3ème, 30% pour le 4ème, 25% pour le 5ème et 20% pour le 6ème mois.

Serge Aimé Bikoi


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *