Depuis le week-end, l’on a appris de sources sûres que Cavaye Yéguié Djibril de retour à Yaoundé après un séjour médical à Paris en France n’a pas été soumis au protocole de sécurité mis en place par les autorités sanitaires. En clair, l’illustre passager n’est ni confiné pour 14 jours, ni soumis au test de dépistage du Coronavirus. Alors qu’il revient d’un pays touché au plus haut niveau par cette pandémie. La France dénombre à ce jour, 4500 cas et 91 morts. Le ministre français de la Culture, Franck Riester a été contaminé et se trouve à l’isolement.

La logique voudrait que le président sortant de l’Assemblée nationale (Pan), soit examiné et mis à l’isolement pour 14 jours durant lesquels, il sera privé de tout contact avec l’extérieur. Il ne devrait donc pas par conséquent être présent à l’Assemblée nationale ce lundi. Pas plus que lors de la séance plénière élective du bureau de l’Assemblée nationale demain mardi ou mercredi.

Pourtant, celui qu’on appelle communément Pan dans les allées et couloirs de la représentation nationale pourrait serrer des mains, se retrouver, dans des étreintes et partager le même environnement immédiat avec les autres élus au cours de la séance de ce matin à l’hémicycle du Palais de Verres de Ngoa Ekelle. Où seront présents des membres du gouvernement, des grands corps de l’Etat et du corps diplomatique.
Embarras

La faille provoquée par le retour au Cameroun de Cavaye Yeguié Djibril, du mécanisme de prévention mis en place par le gouvernement, fragilise un dispositif qui coûte au contribuable. Une situation qui embarrasse, d’après des sources dignes de foi, les autorités camerounaises. Au moment où la menace du Coronavirus est réelle.

D’autant plus qu’un quatrième cas de Covid-19 a été confirmé par le ministre de la Santé publique (Minsanté) le 14 mars. Dans un communiqué rendu public à l’occasion, le Minsanté, Manaouda Mala-chie «appelle toutes les personnes en provenance des pays à risque et leurs familles respectives à plus de responsabilité, afin de faciliter l’action du dispositif de riposte et protéger la communauté nationale».

Manaouda Malachie leur recommande une quarantaine de 14 jours avant toute activité et contact avec les autres. Le ministre appelle le personnel sanitaire qu’il encourage au passage au respect scrupuleux des mesures de prévention et de contrôle des infections, à une vigilance particulière. Bien avant le récent communiqué du ministre de la Santé publique, c’est le Premier ministre qui a interdit temporairement, les missions officielles à l’étranger aux membres du gouvernement et leurs collaborateurs, «sauf en cas de nécessité dirimante».

Dans cette note datée du 12 mars, Joseph Dion Ngute charge plutôt «les chefs de missions diplomatiques du Cameroun de représenter le pays aux différentes rencontres internationales qui sont programmées à l’étranger». Dans cette lutte contre le coronavirus, le clergé catholique a rendu publique une circulaire. Dans un communiqué récent, l’archevêque de Yaoundé, Mgr Jean Mbarga donne des consignes aux fidèles et aux prélats pour éviter toute contagion.

Mgr Jean Mbarga, recommande plus d’espace et d’aération aux fidèles lors des célébrations et des rassemblements. Il demande également aux célébrants de «surseoir au baiser de paix avant la communion, de recevoir le corps du Christ dans la main, de surseoir enfin à  l’aspersion d’eau bénite et l’usage du bénitier. Un fait inédit pour l’église catholique.