LA UNE panorama 23 août 2020 (0) (42)

Cameroun > Cename: Incinération des tonnes de médicaments

Partager

L’entreprise de destruction des stocks importants de médicaments est en cours à la Centrale nationale d’approvisionnement en médicaments et consommables essentiels (Cename).

Depuis quelques jours le ballet des gros camions de la Compagnie de salubrité publique, Hysacam, densifie la circulation entre la gare marchandise et la décharge sur la route de Soa. La Cename, telle une mère honteuse qui jette de la nourriture alors que ses enfants sont affamés, est plongée dans une vaste campagne de destruction de médicaments périmés dans ses entrepôts à la gare marchandise non loin d’Elig-Edzoa à Yaoundé. Depuis plus d’une semaine que cela dure, les riverains et l’opinion publique, informés de cette entreprise funeste, laissent libre cours à leur courroux, à leur frustration devant ce que certains appellent un beau gâchis.

La Cename, le bras séculier de l’Etat pour mettre à la disposition de la population des médicaments de qualité et bon marché, fait le ménage des cargaisons de médicaments avariés,

sans qu’on ne sache pas trop bien ni comment, ni pourquoi cette situation des plus offensantes au plan strictement managérial et plus encore au plan moral”,

a droit de cité dans un pays où l’accès aux soins de santé et donc aux médicaments, n’est pas la chose la mieux partagée.

En détruisant à ciel ouvert ces médicaments, cette structure a-t-elle conscience du choc psychologique que génère un tel acte ? Pourquoi laisser dans les entrepôts un médicament dont la date de péremption est connue et la jeter par la suite à la poubelle ? Est-ce un problème de gestion de stocks ou autres? Un beau gâchis, s’écrie un riverain gonflé à bloc par l’irritation.

A la gare des marchandises, les témoins de cette sordide entreprise de déménagements des entrepôts de la Cename, sont visiblement ulcérés par l’indignation et la colère.

Regardez bien, ce sont des cartons et des cartons de médicaments qu’ils vont jeter à Nkolfoulou et cela dure depuis un certain temps. Je ne peux pas me soigner et les voici en train d’aller brûler les médicaments !”

s’emporte un homme d’âge mûr, qui se lisse la barbe blanche, le regard perdu dans les cargaisons des camions d’Hysacam.

On va tout voir dans ce pays. Après, ils vont venir nous demander de voter pour eux. Des menteurs. Ils veulent seulement notre mal. Comment expliquer que des hommes normaux prennent tant de médicaments pour aller à la poubelle ? C’est Dieu qui va leur répondre un jour”,

crie amère, une femme, non loin de là, derrière son étale de marchandises de fortune.

Ce déchainement de critiques et de ressentiments à l’endroit de cette structure n’en finit plus.

Regardez ! Ce n’est rien d’autre que de la pure méchanceté ! Ils empilent des cartons et des cartons de médicaments dans les camions d’Hysacam pour aller jeter à la poubelle !”

s’emporte un homme, lançant des imprécations à la Cename.

Ils ne peuvent pas aller distribuer dans les villages, et aux pauvres ici en ville ? Pourquoi font-ils cela ?”

s’alarme en s’interrogeant une autre dame au passage d’un camion d’Hysacam.

Cename, pharmacienne nationale déconnectée?
La Cename a été érigée en entreprise publique le 30 juin 2005 par décret présidentiel. Cette entreprise publique contribue à la mise en œuvre de la politique pharmaceutique nationale en matière d’approvisionnement en médicament et dispositifs médicaux essentiels. En d’autres termes, c’est la Cename qui est chargée de l’achat et de l’approvisionnement des médicaments et consommables médicaux dans toute l’étendue du territoire national. Si donc des stocks sont périmés dans ses entrepôts, c’est une évidence que cette institution ne sait quoi en faire.

On peut de ce fait comprendre le courroux contenu des riverains à chaque passage des cargaisons de médicaments avariés vers la décharge de Nkofoulou. Comme le stipule le décret portant création de cette structure, elle a l’obligation de fournir et de mettre à la disposition de ses clients des produits pharmaceutiques et consommables médicaux au meilleurs prix. Pour tout dire, les médicaments de la Cename doivent être le plus moins cher possibles pour une accessibilité à tous les Camerounais.

Avec les recettes issues de la vente des médicaments et autres dispositifs médicaux, les subventions de l’Etat, les ressources allouées par les partenaires au développement, le produit de ses prestations de services et autres, cette structure étatique dispose d’une surface financière importante pour répondre en principe efficacement aux besoins de la population en matière de médicaments. Ne serait-il pas souhaite de communiquer dans le sens de lever toute ambigüité au sein de l’opinion au sujet de l’opportunité des incinérations des produits pharmaceutiques au Cameroun?

Léopold DASSI NDJIDJOU


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *