Home Opinion Cameroun > Chronique sociale: Les nouveaux imposteurs dans la tanière des Lions A’
Opinion - Société - 3 semaines ago

Cameroun > Chronique sociale: Les nouveaux imposteurs dans la tanière des Lions A’

L’on n’a pas encore fini de deviser sur les images et sur les visages du Chan 2020. L’image qui a tenu en haleine plus d’un, ces derniers jours, c’est celle des anciens lions ayant décidé d’investir la tanière des Lions A’. Question de théâtraliser le rôle de coach en plein Chan. Sans avoir, au préalable, l’aval du ministère de tutelle, Samuel Eto’o Fils et Roger Milla se sont permis de remplacer l’actuel entraîneur des Lions A’ au point de faire un sermon aux joueurs. Chronique sociale sur les nouveaux imposteurs qui entrent dans l’arène des rois de la forêt.

Des vidéos dans lesquelles ces deux anciens footballeurs de la tanière se mettent en scène pour vociférer devant les Lions A’ en présence de leur coach sont encore fort évocatrices et restent gravées dans la conscience collective. C’est davantage Samuel Eto’o Fils qui s’est illustré, le 24 janvier 2021, comme le « substitut » de l’entraîneur quelques jours avant le match des quarts de finale. L’ancien attaquant du F.C Barcelone a pris la parole devant le groupe et a exprimé sans ambages:

Dieu ne viendra pas jouer à votre place. Quand vous allez faire votre prière demain, demandez à Dieu tout ce que vous voulez , mais donnez tout ce que vous avez à l’intérieur parce qu’il ne viendra pas jouer à votre place. Je sais jouer au ballon, vois savez jouer au ballon et quand on sait jouer au ballon, le reste suit. Je suis rentré dans ce stade et j’ai fait ce que j’aime le plus servir mon pays: le Cameroun. C’est la seule chose que vous avez à faire, servir votre pays et profitez de ce moment, car il ne va pas revenir

Si l’on peut, au plan de l’approche fonctionnelle, considérer l’ancien goleador des lions indomptables comme une démarche consistant à booster et à exhorter l’équipe à la victoire, au plan de l’analyse critique, cette approche similaire à une espèce de sermon à l’endroit des cadets sportifs n’a véritablement rien d’extraordinaire quand on sait que cette tâche incombe aux entraîneurs et aux encadreurs psychologiques, dont chacun a, dûment, une mission précise à réaliser. Que l’ancien avant-centre de l’équipe nationale se positionne en « coach circonstanciel » sans requérir l’onction du chef de département des sports est une imposture. Que l’ancien attaquant de l’Inter de Milan se décide, à tout bout de champ, à investir la tanière pour exercer une certaine pression psychologique sur ses cadets alors qu’il n’a aucun rôle dans l’encadrement technique est une imposture. 

L’ancien chroniqueur de sport de la chaîne de télévision nationale, Abel Mbengue, n’est pas passé par quatre chemins pour fustiger l’attitude condescendante de Samuel Eto’o Fils sur l’antenne de Rfi. S’appuyant sur ses passifs répertoriés vu son intrusion dans les couloirs de la gestion du sport-roi, l’actuel membre influent du Cochan n’a pas hésité à faire le récital des problèmes qu’Eto’o Fils a suscités et créés dans le processus de l’enclenchement de la décrépitude du football.

Alors que l’on s’attendait, explique A. Mbengue,

à ce que l’équipe installée par Eto’o et son ami Dieudonné Happy débarrasse le plancher, contre toute attente, l’autre ami d’Eto’o, Infantino, qui dirige la Fifa, a maintenu la forfaiture au Cameroun

Le doyen Abel Mbengue ajoute que l’ancien attaquant des Lions indomptables n’a jamais prôné l’unité et n’a jamais voulu que cette valeur cardinale règne dans le cycle de la gouvernance du football. Il prend l’exemple du dernier match au stade Omnisports de Yaoundé, où toutes les icônes africaines ont été invitées et ont honoré de leur présence, mais Samuel Eto’o a joué aux abonnés absents. Le fait de constater que l’ancien lion rende visite aux Lions A’ sans un brin de courtoisie et de pudeur et sans requérir l’onction de la hiérarchie de cette équipe témoigne d’une attitude d’irrévérence à l’endroit du staff technique et du patron du  département des sports. Que l’ancien numéro 9 de la sélection nationale soit aussi l’un des fauteurs de trouble dans l’arène de la gestion des problèmes du football témoigne d’un casse-tête entretenu délibérément par des pontes du régime en place enclins à la politisation de la gestion du sport.

Serge Aimé Bikoi, journaliste et Sociologue du développement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Etats-unis > Coronavirus: Le vaccin de Moderna contre le variant sud-africain prêt pour les essais cliniques

Moderna a annoncé mercredi qu’une version modifiée de son vaccin, développée spécifiquemen…