Afrique Economie LA UNE panorama 23 juin 2020 (0) (47)

Cameroun > Commune de Yaoundé VI: Le receveur municipal au centre d’une fronde sociale.

Partager

Frappée par la limite d’âge à la retraite, Mme le receveur, Bindele Bi Assen, décide de ramer à contre courant en plombant le fonctionnement ordinaire de la commune d’arrondissement de Yaoundé 6ème.

Cette dame, qui n’est pas à son 1er forfait sous le regard de la hiérarchie, est déterminée, cette fois-ci, à enliser cette collectivité territoriale décentralisée dans la gadoue. En effet, cette commune est au bord du gouffre. N’eût été la solidité et le dynamisme du chef de l’éxecutif municipal, Jacques Yoki Onana, et de certains collaborateurs fidèles, cette commune aurait sombré depuis plusieurs mois.
Comment comprendre, que depuis quatre mois déjà, le receveur municipal n’accomplit pas ses obligations professionnelles au quotidien? Du coup, pas de salaires, le personnel est aux abois, les prestataires tirent déjà le diable par la queue, le fonctionnement de la commune est paralysé. Pourtant l’argent est stocké à la banque, mais personne ne peut entrer en possession des ressources financières. Les recouvrements ont été suspendus parceque cette dame refuse de se rendre au travail. Du coup, l’exécutif communal ne survivra que grâce à la décision de la hiérarchie qui devra, de toute urgence, trancher.

Dans nos investigations, nous nous sommes rendu compte de plusieurs manquements qui mettent à mal cette commune.
En effet, Mme Bindele Bi Assen est appelée à faire-valoir ses droits à la retraite depuis le 19 Octobre 2019, mais aucune note n’est, dûment, signée pour lui permettre de faire valoir ses droits à la retraite. Du coup, vive la gabegie financière et la paralysie à la mairie. Face à cet état de choses, elle va commencer à ramer à contre courant à travers des dépenses injustifiées et sans ordonnancement, outrepassant ainsi son rôle de juge de la régularité. Elle va même s’approprier le rôle de juge de l’opportunité qui incombe au chef de l’éxecutif municipal. C’est ainsi qu’elle décaissera, en janvier 2020, une somme de 86 millions de Fcfa à l’insu de J. Yoki Onana qu’elle méprise pour des raisons inavouées. Le pire est que cet argent est décaissé sans aucun justificatif. Cet état de choses va inciter l’actuel maire à prendre ses responsabilités et à stopper l’hémorragie financière en allant sceller le compte bancaire dans l’optique de reconstituer toutes les pièces du puzzle.

Rappelons, d’ailleurs, que le Maire n’a pas de signature dans les comptes de cette commune. Il prendra également d’autres dispositions pour sécuriser les recettes en caisse et mettra enfin en application, l’arrêté de juin 2015 signé par le Premier ministre. Arrêté qui dispose que “tout agent comptable public atteint par la limite d’âge à la retraite ne devra plus manipuler des deniers publics jusqu’à la signature de l’acte administratif, lequel l’envoie officiellement en retraite”. Comment donc comprendre que cet acte tarde à être signé depuis bientôt quatre mois?
Rappelons que cet acte qui libèrera la commune de Yaoundé 6 de griffes de cette dame peut être pris à deux niveaux. D’abord à titre conservatoire par le Trésorier payeur général en désignant un intérimaire. A défaut, le ministre de la Décentralisation et du Développement local, de concert avec le ministre des Finances, prennent la responsabilité de nommer un autre receveur municipal dans cette commune, en remplacement de Mme Bindele Bi Assen, dûment admise à faire valoir ses droits à la retraite.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *