Afrique LA UNE Politique panorama 14 août 2020 (0) (204)

cameroun > Confrontation: Le Rdpc a très peur du Mrc

Partager

Le mariage civil de Bibou Nissack interdit par le sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé II pour des raisons incompréhensibles. Hier c’est Okala Ebodé qui subissait le même sort.

Dans une correspondance envoyée au Directeur général des établissements de l’hôtel “Massao”, dont l’objet est “Rappel de la réglementation”, Mamadi Mahamat fait savoir à ce promoteur que le mariage à l’état civil de Olivier Bibou Nissack ne saurait avoir lieu ce vendredi, 14, août 2020 parce que, explique-t-il, il est “non- déclaré”. Le sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé II ajoute un second motif: “défaut de publication”.

Mamadi Mahamat ajoute que cette cérémonie organisée par sa sa Majesté Biloa Effa, officier du centre secondaire d’Etat civil de Messagerie Nkoaba’a, en disgrâce, n’est pas autorisée. Aussi ajoute-t-il que

Le secrétaire d’Etat civil, le nommé Lewoua Valentin, n’a jamais prêté serment en cette qualité”.

C’est pourquoi il demande au responsable de l’établissement de l’hôtel Massao de surseoir à cette activité qu’il qualifie d’irrégulière.

S’insurgeant contre cette interdiction de l’autorité administrative, Alain Fogue Tedom a adressé, ce jeudi, 13 août 2020, un courrier au Secrétaire général de la Délégation générale à la sûreté nationale(Dgsn) dans l’optique de porter à son attention sa vive protestation contre les manœuvres des services de renseignements de la police nationale. En effet, relate A. Fogue,

Le porte-parole du président national du Mrc a régulièrement réservé un hôtel de la ville de Yaoundé pour y célébrer, le vendredi, 14 août 2020, son union avec sa fiancée”.

Pour le trésorier national du Mrc, cet événement ne revêt aucun caractère public. Pourtant, il a fait le constat,depuis deux jours, selon lequel les agents de la police n’arrêtent pas de harceler le propriétaire de l’hôtel afin qu’il annule la célébration dudit mariage. A. Fogue estime, au demeurant, que

Si les opposants au régime n’ont même plus le droit d’organiser des événements privés sans l’intrusion de la police politique, alors il faut que tout le monde le sache”.

SAB


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *