Afrique LA UNE Santé panorama 27 avril 2020 (0) (193)

Cameroun > Coronavirus: 5000 handicapés en danger de mort

Partager

« Pourquoi porter une attention particulière aux personnes handicapées dans le cadre de la lutte contre le coronavirus ? », c’est ce questionnement qui a fondé les travaux de réflexion du Club des jeunes aveugles réhabilités du Cameroun (Cjarc). En ce moment où le globe terrestre en général fait face à la pandémie du coronavirus et le Cameroun en particulier, les personnes handicapées font face à de nombreuses difficultés. Car selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms), les personnes handicapées peuvent courir un risque accru de contracter le Covid-19 à cause d’entre autres: les problèmes à respecter les règles d’hygiène essentielles comme se laver les mains; le besoin de toucher des objets pour obtenir une aide physique ou des informations dans leur environnement; les obstacles les empêchant d’obtenir des informations de santé publique et aussi, selon les problèmes de santé dont elles souffrent déjà, les personnes handicapées peuvent courir un plus grand risque de développer des cas plus graves de Covid-19 si elles sont infectées.

C’est pour cette raison que pour éviter le pire à cette couche sociale vulnérable, outre le respect des mesures barrières édictées par le gouvernement et l’Oms, le Cjarc a finalisé un projet global prenant en compte les personnes handicapées dans l’ensemble des dix régions. Déjà soumis au gouvernement et à d’autres partenaires au développement, ce projet vise à limiter l’impact du Covid-19 auprès des personnes handicapées pendant et après l’épidémie. Évalué à 211 millions 85 mille Fcfa, le projet prévoit de doter environ 5.000 personnes handicapées des kits alimentaires et sanitaires et d’identifier et accompagner 25 familles de personnes handicapées dans leurs activités économiques. Pour mener à bien ce projet, plusieurs activités sont prévues. Il s’agit de la production et la diffusion des supports de sensibilisation; la formation des intervenants ; le conseil et l’orientation de 5.000 personnes handicapées; l’acquisition des kits sanitaires et alimentaires; l’identification des bénéficiaires dans les 10 régions; la distribution des kits sanitaires et alimentaires.

Crise sanitaire

Bien plus, l’identification des familles dont les activités économiques ont été affectées par le Covid-19 ; le montage de 25 business plans de relance des activités affectées et un appui aux activités économiques des familles affectées. Prévu pour durer 12 mois, le Cjarc n’a pas encore reçu les contributions pour réussir cette mission. «Le projet a été déposé auprès de 25 institutions et des échanges doivent être entreprises avec elles pour plus de clarification et négocier leur contribution», a révélé, Coco Bertin Mowa, le directeur du Cjarc. Et d’ajouter «nous profitons de l’occasion pour remercier des partenaires comme l’Unicef et le Cipcre qui nous ont promis leur appui». Une participation citoyenne parmi tant d’autres, pour venir à bout du coronavirus et surtout pour les couches défavorisées car à en croire Coco Bertin Mowa, depuis l’éclatement de cette crise sanitaire, les dons vont beaucoup plus à l’endroit des moto-taximen, des commerçantes, etc. Les personnes handicapées quant à elles sont oubliées. De quoi avoir donc peur que même le don spécial du chef de l’Etat de près de 2 milliards de Fcfa à distribuer dans les 360 arrondissements, puisse être géré sans tenir compte des handicapées alors que «si on essaye de faire comme ailleurs, normalement l’on devait à partir de ce don du président de la République, voter un budget uniquement pour les handicapés», a-t-il souligné.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *