Afrique LA UNE Santé panorama 14 septembre 2020 (0) (90)

Cameroun > coronavirus: Le Cameroun franchit la barre de 20 000 cas

Partager

Au moment où les populations bafouent de plus en plus les mesures barrières bien que la contamination n’est plus à sa phase exponentielle, le pays est passé à 20 009 cas confirmés au soir du 09 septembre 2020.

20 009 cas positifs au coronavius; 415 décès et 18 837 personnes guéries, c’est le tableau d’affiche de la situation du coronavirus au Cameroun depuis le 09 septembre dernier. En franchissant les 20 000 cas positifs, le pays qui est considéré comme l’Afrique en miniature, reste le 9ème pays ayant le plus grand nombre de cas confirmés en Afrique après respectivement, l’Afrique du sud, l’Egypte, le Maroc, l’Ethiopie, le Nigeria, l’Algérie, le Ghana et le Kenya. Une position qui devrait normalement pousser les citoyens à continuer d’observer scrupuleusement les mesures barrières en se lavant régulièrement les mains à l’eau coulante propre et du savon ou à l’aide d’un gel hydroalcoolique et en arborant les cache-nez dans les espaces ouverts au public tout en respectant la distanciation sociale. Car ce n’est que par ce mecanisme que l’épidemie peut être vaincue sur l’ensemble du territoire national. À ce propos, le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie avait souligné lors des consultations relatives à l’evaluation de la stratégie de riposte sanitaire, qu’il était possible pour le Cameroun de célébrer la victoire de la fin du coronavirus dans six mois, si les camerounais continuaient à observer les mesures barrières.

Surtout que jusqu’à présent, les frontières sont fermées. Mais la réouverture des frontières pour le cas des plateformes aéroportuaires, doit être préparée au niveau de toutes les structures intervenant au sein des aéroports internationaux, pour éviter l’importation de nouveaux cas de Covid-19. C’est ainsi que partant de l’autorité aeronautique aux Aéroports du Cameroun (Adc) chargés de l’aménagement et de l’exploitation des plateformes aéroportuaires, en passant par le secteur de la santé ainsi que tous les autres acteurs impliqués dans la gestion du transport aérien, le dispositif sanitaire a été amélioré à en croire le Dr Fane Mahamat. Au cours du point de presse donné le 09 septembre 2020 sur l’évolution de la pandemie au Cameroun, elle a fait savoir savoir que s’agissant du cas particulier de l’aéroport international de Douala, qui est celui où le trafic aérien est le plus dense dans notre pays, diverses dispositions y sont prises pour assurer la sécurité sanitaire. <>, a-t-elle indiqué. Et de poursuivre << les passagers des vols ayant obtenus une autorisation spéciale d’atterrir empruntent un circuit aménagé à leur intention; la prise de température de chaque passager est effectuée à l’aide du thermoflash; puis s’en suit la désinfection des mains et de tous leurs bagages à main ainsi que ceux provenant de la soute de l’appareil. Par la suite, il est procédé à la vérification des résultats des tests Covid-19 de chacun des passagers>>.

Importation de nouveau cas

À ce titre, chaque voyageur est tenu de présenter un résultat Pcr négatif du test Covid-19 datant de moins de trois (03) jours. Au-delà de ce delai, le passager est testé à nouveau au moyen du Test de dépistage rapide (Tdr). Lorsque le résultat est positif, le passager en question est conduit au Centre de prise en charge de Yassa. Les autres passagers du même vol sont quant à eux suivis pour une période de 14 jours par l’unité de suivi des contacts.

C’est de cette manière que nous organisons la sécurité aux postes frontières pour éviter l’importation de nouveaux cas. L’enjeu ici est de préserver notre pays des menaces émergentes et ré-émergentes liées à l’explosion des voyages et échanges internationaux. À cet effet, le rôle des opérateurs de transport aérien est important”,

a expliqué le Dr Fane Mahamat.

Mais s’il arrive que le président de la République décide de la réouverture officielle et totale des frontières dans les prochains jours, ce dispositif ne pourrait être efficace que si les camerounais continuent de respecter les mesures barrières, puisque la pandémie sévit encore ailleurs à des proportions inquiétantes. Un seul cas importé et qui pourrait détourner l’attention des services de surveillance aux frontières, pourrait alors refaire plonger le pays dans la propagation exponentielle du Covid-19.

Rostand TCHAMI


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *