LA UNE Opinion Politique panorama 12 mars 2020 (0) (649)

Cameroun > Crise anglophone: Ayuk Tabe appelle la Cpi à s’intéresser à Yaoundé

Partager

Quel est l’état d’esprit de Sisiku Ayuk Tabe et de 9 autres personnes condamnées avec lui?

Cela fait plus de 2 ans que nous avons été enlevés d’un hôtel à Abuja au Nigeria et transférés illégalement àYaoundé. Nous avons été détenus au secret pendant 7 mois sans accès à la famille, aux amis ou aux conseils. Nous avons été traités dans les conditions les plus déshumanisantes et privés de nos droits humains fondamentaux. Cela n’a fait que renforcer notre détermination. Nous reconnaissons qu’il n’y a pas de justice à obtenir d’un régime camerounais qui viole le droit international en enlevant des réfugiés et des demandeurs d’asile et en les transportant illégalement à travers les frontières internationales. Nous reconnaissons qu’il n’y a pas de justice à obtenir d’un régime qui fabrique des preuves pour étayer des accusations contrefaites. Nous reconnaissons qu’il n’y a pas de justice à obtenir d’un régime qui procède à des simulations de procès et accorde des peines de prison à vie à des personnes qui n’ont commis aucun crime. Après plus de deux ans de détention captivante et illégale, le régime, par ses actions brutales, n’a fait que nous convaincre, ainsi que de nombreux autres Southern Cameroonians, de la validité de notre cause et de la nécessité de rester ferme.

Où en sommes-nous avec l’appel de votre cas ?

Nous n’avons actuellement aucune mise à jour sur l’état de notre appel. Le tribunal militaire nous a rendus pratiquement impossible de faire appel des jugements de condamnations à perpétuité prononcés en imposant un coût énorme et en accordant un temps très limité pour déposer toutes les conclusions. Malgré les obstacles, nous avons pu remplir les conditions et terminer toutes les soumissions dans les délais prescrits. Cependant, plus de six mois après le dépôt de l’appel, nous n’avons pas encore de retour la Cour d’appel. De toute évidence, le régime, qui a siégé pendant 19 heures consécutives, pour mener un procès factice qui s’est terminé à 5 heures du matin et qui a ignoré le fait qu’il n’y avait pas d’avocat de la défense devant le tribunal, n’est pas pressé de réexaminer ses décisions.

Le nombre de morts dans le Noso est époustouflant. Les gens l’estiment à 3000. Quelle est votre opinion sur ces chiffres?

Les chiffres cités ont été largement sous-estimés, vraisemblablement pour cacher le fait que l’armée camerounaise est en train de commettre un génocide au Cameroun méridional (Ambazonie). Nous ne sommes pas surpris car même lors de son dernier massacre à Ngarbuh, alors que toutes les sources fiables évaluent le nombre de personnes tuées par les militaires camerounais à plus de 23, dont 14 enfants et 2 femmes enceintes, le régime de Yaoundé ment et parle toujours de 5. De là, selon les informations dont nous disposons, plus de 30 000 personnes, principalement des enfants, des adolescents, des femmes, y compris des femmes enceintes, des personnes handicapées et des personnes âgées, ont été tuées par des militaires camerounais qui ont également incendié environ 500 villages.Ce faisant, ils ont déplacé plus de 1,4 million de personnes, dont plus de 120000 réfugiés au Nigéria, au Ghana, en Afrique duSud et dans des endroits éloignés comme le Mexique, le Guatemala et les États-Unis d’Amérique. En fait, c’est l’un des rares conflits dans le monde où il n’y a pas de prisonniers de guerre documentés. Cela montre clairement que l’armée camerounaise est en train de commettre un génocide. Ce n’est qu’une question de temps avant la convocation d’une mission d’établissement des faits mandatée au niveau international. À ce stade, l’étendue réelle des crimes commis sera révélée et les membres du régime et leurs facilitateurs poursuivis.Il y a une misère impensable de la population avec 60 000 réfugiés au Nigeria et 600 000 personnes déplacées.

Quelle est votre opinion sur la gravité de la catastrophe?

Comme indiqué précédemment, les chiffres sous-estiment gravement la gravité du génocide perpétré par les militaires camerounais dans le Southern Cameroons (alias Ambazonia). Lorsque la mission d’enquête mandatée au niveau international sera enfin convoquée, l’ampleur réelle du génocide sera enfin révélée.

Cela fait maintenant environ 4 ans que plus de 600 000 jeunes sont privés d’éducation dans la zone de conflit. Quel est l’avenir de ces jeunes?

L’une des causes du conflit a été la destruction systématique du système éducatif anglo-saxon du Southern Cameroons par le régime de Biya au cours des 38 dernières années. Le régime a eu tendance à confondre la fréquentation scolaire avec l’éducation même lorsqu’il n’y a ni enseignants ni salles de classe. Les politiques éducatives ont servi à détruire les programmes et à appauvrir les parents tout en garantissant aux enfants une éducation très limitée, les rendant pratiquement inemployables. Lorsque les enseignants ont demandé de meilleures conditions, y compris des améliorations des programmes et des politiques, ils ont été brutalisés. Les événements des quatre dernières années, les militaires camerounais ont incendié des communautés entières, y compris des écoles et des hôpitaux, violé des jeunes filles et tué des bébés, des femmes et des enfants, comme ce fut le cas à Muyaka le 20 mai 2019 où Martha, un bébé de 4 mois, a été tué, et le cas le plus récent de Ngarbuh le 14 février 2020 où les militaires camerounais ont massacré 34 personnes dont 14 écoliers, rend la scolarisation dangereuse pour nos enfants. Il ne faut pas oublier que le droit à la vie remplace le droit à l’éducation. Nous sommes convaincus que, étant donné le bon environnement et les investissements dans l’éducation et avec les bonnes politiques, les dommages que nos enfants ont souffert et souffrent peuvent être inversés. Le régime de Biya est incapable de fournir un tel environnement ou d’adopter de telles politiques.

Face à cette calamité, ne portez-vous pas la responsabilité des douleurs de ces gens?

La responsabilité incombe entièrement à M. Paul Biya et à son régime qui ont répondu avec force aux manifestations pacifiques; coups, viols, tortures, arrestations, enlèvements, meurtres, génocides et massacres. En novembre 2017, il a déclaré de manière irresponsable la guerre au peuple du Southern Cameroons. Face à une telle déclaration, notre peuple s’est finalement levé pour se défendre, ce qui est son droit. Il y a eu de nombreux appels des dirigeants d’Églises, des Ong locales et internationales, desNations Unies, de l’Union africaine, du Commonwealth, du Parlement européen, du gouvernement britannique, du gouvernement américain, du gouvernement suisse et même du gouvernement français pour que M.Biya : annule la guerre, démilitarise le Cameroun méridional, libère tous les incarcérés dans le cadre de cette crise et engage un dialogue inclusif sans conditions préalables. Ces appels sont restés sans réponse. Entre-temps, son armée continue de violer et de piller, de massacrer des personnes, dont des bébés et des femmes enceintes, et d’incendier des communautés entières. La brutalité avec laquelle le gouvernement du Cameroun et ses forces de sécurité ont poursuivi la guerre au Cameroun méridional a défié même les projections les plus pessimistes. Cela démontre clairement que ces personnes n’accordent aucune valeur à la vie humaine, en particulier à la vie des Southern Cameroonians, qu’ils professent aimer et se battent pour rester ensemble dans leur pays unique et indivisible. Lorsque nous étions incarcérés au SED, les officiers de la gendarmerie là-bas qualifiaient régulièrement notre peuple de « pire que des esclaves », avant les routines de tortures nocturnes habituelles.

Vos groupes armés vous écoutent-ils?

L’Ambazonie compte des groupes d’autodéfense qui se sont créés automatiquement pour se défendre eux-mêmes, leurs familles et leurs communautés contre la guerre déclarée aux habitants du Cameroun méridional par M. Biya. En tant que président du gouvernement intérimaire de la République Fédérale d’Ambazonie, les ambazoniens de tous les horizons, tant chez nous que dans la diaspora, y compris ceux des groupes d’autodéfense, se tournent vers moi.

Récemment, il y a eu des incidents malheureux sur le terrain, comme les 22 décès à Ngarbuh, la décapitation de Florence l’année dernière, la femme enterrée vivante et bien d’autres. Tout cela a provoqué un tollé national. Partagez-vous ce sentiment collectif?

Le massacre de Ngarbuh et les autres horribles meurtres de Southern Cameroonians montrent à quelle profondeur M. Biya et son régime sont prêts à descendre, afin de mettre un terme aux aspirations légitimes des Southern Cameroonians à se libérer de l’occupation et de la colonisation. Nos pensées vont au peuple de Ngarbuh et à tous les Southern Cameroonians qui ont perdu des êtres chers à cause de ce conflit inutile. Nous notons que Ngarbuh n’est que l’un des centaines de massacres qui ont eu lieu dans le Southern Cameroons au cours des 3dernières années. Entre la fin de 2019 et maintenant, il y a eu des massacres similaires à Pinyin, Balikumbat, Bafut,Muyuka, Bum, Wum, Weh, Ekona, Fongum, Kwakwa, Babanki et au Kupe-Manenguba, pour n’en mentionner que quelques-uns, où un nombre similaire d’innocents ont été assassinées ou brûlées vives par les militaires camerounais. L’incident de Ngarbuh est l’undes derniers cas des atrocités commises par l’armée camerounaise dans le Southern Cameroons.

Le président de la République a mis en place des initiatives de paix comme les différentes lois issues du Grand Dialogue National, la Commission nationale pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration (Ddr), la Commission nationale pour le bilinguisme et le multiculturalisme. Comment appréciez-vous ces initiatives de paix?

Le conflit au Southern Cameroons est ancré dans le droit international selon les résolutions 1514 et 1608 de l’ONU. Il est centré sur le rétablissement de l’indépendance du Southern Cameroons qui est entré en vigueur le 1er octobre 1961. Le fait que le Southern Cameroons a été annexé par La République du Cameroun et est sous occupation depuis lors doit être abordé dans le cadre de toute solution de conflit. Les initiatives que M. Biya et son régime prétendent mettre en place n’ont rien à voir avec les causes profondes du conflit. Ils n’ont pas non plus abordé le fait que M. Biya a déclaré la guerre au Cameroun méridional en novembre 2017 ou que ses forces commettent un génocide contre les Southern Cameroonians. Il est très évident, après près de 4 ans, que le régime de M. Biya est incapable de résoudre ceconflit. Leur recours accru à la violence gratuite et à l’activation des conflits intercommunautaire entre les Mbororos et les peuples autochtones du Southern Cameroons démontre clairement qu’ils ne croient qu’à la violence comme moyen de résoudre les problèmes. Malheureusement, cela entraîne non seulement des pertes en vies humaines, mais il n’y a aucune possibilité de victoire pour lui, même dans un avenir lointain. M. Biya a largement sous-estimé la détermination des Ambazoniens.

En revanche, que pensez-vous que le Président de la République du Cameroun aurait fait différemment pour assurer le retour de la paix dans les zones de conflit?

M. Biya a déclaré la guerre au Southern Cameroons en 2017. Après cela, de son propre aveu à Lyon en 2019, toutes les tentatives d’assimilation des Southern Camerounians avaient échoué. Le génocide en cours ne réussira pas non plus à étouffer les véritables aspirations des habitants du Southern Cameroons à se libérer de l’oppression et de la tyrannie. Pour que la paix règne, M. Biya doit mettre fin à la guerre, retirer ses militaires du Southern Cameroons, libérer tous les prisonniers de guerre et engager un dialogue de médiation avec les Southern Cameroonians pour mettre fin à son annexion du Southern Cameroons.

Si vous étiez invité à participer au Grand Dialogue National, dans quelles conditions auriez-vous accepté l’invitation?

Nous avons toujours déclaré notre disponibilité au dialogue à condition qu’il soit assuré par des parties indépendantes et crédibles dans un territoire neutre. Le Grand Dialogue National était un mirage. Il manquait de capacité et de légitimité pour résoudre un conflit international entre le Cameroun méridional et la République du Cameroun. Il a été principalement entrepris pour résoudre des problèmes internes à La République du Cameroun, auxquels nous n’avons désormais que peu ou pas d’intérêt.

Votre position est pour la séparation des régions anglophones de La République du Cameroun. S’il y’a une négociation, quelle sera votre prise minimale pour abandonner le programme de séparation?

J’en profite pour corriger cette idée fausse véhiculée par la presse et les partisans du régime de la République du Cameroun. Nous sommes en train de restaurer l’indépendance et la souveraineté du Cameroun méridional. Le Southern Cameroons n’a jamais fait partie de la République du Cameroun. La République du Cameroun accède à l’indépendance le 1er janvier 1960. À cette date, ses frontières internationales sont gelées. Le Cameroun méridional ne faisait pas partie de la République du Cameroun le 1er janvier 1960. Comment fait-il aujourd’hui partie d’une République unique et indivisible de la République du Cameroun? Le plébiscite de février 1961 sur « Atteindre l’indépendance par l’adhésion » et le vote qui a suivi n’ont en aucun cas légué le Southern Cameroons à la République du Cameroun. La charte de l’UA indique clairement que tous les pays maintiennent leurs frontières à l’indépendance. La charte de l’Onu exige un traité d’union entre le Southern Cameroons et la République du Cameroun et aucun traité de ce type n’existe. L’idée que nous séparons deux entités réunies est erronée. Selon le droit international, le Southern Cameroons et la République du Cameroun sont deux entités distinctes aux frontières internationales distinctes et la grande majorité des Southern Camerounians en sont venus à reconnaître ce fait. Jusqu’à ce que l’indépendance du Cameroun méridional soit rétablie, toutes les discussions sur les alternatives seront vaines.

Quelle est votre relation avec la classe politique du pays?

La politique du Cameroun ne nous intéresse que lorsqu’elle a un impact sur le bien-être des Southern Cameroonians. Notre objectif à long terme est de faire en sorte que le Cameroun méridional maintienne une relation cordiale avec tous ses voisins, qu’il garantisse la stabilité régionale pour le retour de la paix et de la prospérité. Dans cette mesure, nous restons des observateurs impartiaux de la politique intérieure du Cameroun. Car, elle n’a que peu ou pas d’incidence; tout d’abord sur la libération de notre peuple et finalement sur les résultats positifs que nous recherchons pour le développement du Southern Cameroons.

Les groupes armés ont demandé récemment la démission des parlementaires du Sdf. Quelle est la raison de leur demande?

Si les groupes armés ont demandé la démission des parlementaires du Sdf, c’est simplement parce que ces parlementaires, par leurs paroles et leurs actes, ne se sont pas présentés comme des représentants des Southern Cameroonians. Alors que le Congrès et le Sénat américains, le Parlement français, le Parlement allemand, le Parlement européen et la Chambre des Lords et la Chambre des communes du Royaume-Uni ont tenu des débats pour discuter de la situation critique des Southern Cameroonians, le Parlement camerounais a interdit toutes discussions sur la question. Cela montre clairement que le sort des Southern Cameroonians n’est pas leur principale préoccupation. En tant que tel, aucun individu prétendant représenter les Southern Cameroonians ne devrait faire partie d’un tel parlement.

Quelle est votre relation avec la diaspora camerounaise?

Les Southern Cameroonians de la diaspora partagent dans une large mesure notre vision d’une nation libre et souveraine dont l’indépendance a été restaurée. Ils veulent pouvoir visiter librement leurs maisons ancestrales sans crainte de harcèlement, d’arrestation, de détention et de torture. Ils ne veulent pas non plus payer injustement des fortes sommes d’argent pour des passeports ou des documents de voyage, ni subir les innombrables injustices et indignités qui accompagnent le fait d’être traités comme des citoyens de seconde zone à La République du Cameroun. Dans cette mesure, nous partageons les mêmes objectifs, un objectif commun et un destin commun. C’est cette unité de but qui nous uni. Ces liens sont plus forts que toutes les intrigues que le régime de Biya peut concevoir pour nous diviser.

Vous avez sollicité les services de J.Cohen en tant que votre représentant dans toutes les négociations. Où en êtes-vous aujourd’hui?

Nous avons constitué une équipe de personnes pour représenter l’Ambazonie en cas de véritable négociation avec La République du Cameroun. Les détails seront rendus publics le moment venu. Les Américains ont dit expressément qu’aucune des parties au conflit ne peut gagner la guerre militairement, ce qui suppose que ce n’est que sur la table de négociation que le problème peut être résolu.

Selon vous, que devrait-on faire pour que les négociations aient lieu, en termes de: parties impliquées; le lieu; les conditions préalables; et mise en œuvre des résolutions?

En ce qui concerne la résolution du conflit, nous avons clairement énoncé notre position: les négociations doivent avoir lieu entre La République du Cameroun et le Cameroun méridional et doivent être facilitées par les Nations Unies comme cela a été le cas dans d’autres conflits similaires comme celui entre le Soudan et le Soudan du Sud ou le conflit entre l’Éthiopie et l’Érythrée. Les négociations doivent également se dérouler dans un environnement neutre. Enfin, pour que les négociations aient un sens, le régime de Biya doit faire preuve de bonne foi en déclarant un cessez-le-feu, en libérant tous les prisonniers détenus dans le contexte du conflit et en retirant les militaires camerounais des zones de conflit. Nous sommes fermement convaincus que l’Onu servira de médiateur idéal parceque ce conflit est uniquement de son ressort. Car les causes profondes du conflit peuvent être attribuées à la décolonisation bâclée du Cameroun méridional en1961. En outre, l’Onu est le mieux placé pour garantir la mise en œuvre des résolutions de la médiation.

Quel message d’espoir avez-vous pour le peuple camerounais?

Mon message s’adresse plutôt aux Southern Cameroonians qui ont subi le plus gros de ce conflit. Ce sont eux qui ont vu leurs amis, leurs familles et leurs proches violés, assassinés ou brûlés vifs, leurs maisons et commerces, les récoltes et le bétail détruits et leurs enfants enlevés et détenus dans des conditions horribles dans les cachots de La République du Cameroun et dans notre patrie. Je leur demande de rester résolus. Leurs sacrifices ne peuvent et ne seront jamais vains. La recherche de la restauration de l’État du Cameroun méridional est une juste cause. Elle est ancrée dans l’histoire, la culture et le droit international. Et parce que nous nous tenons sur la vérité, nous l’emporterons.

Y a-t-il quelque chose que vous aimeriez ajouter?

Un génocide se déroule actuellement au Southern Cameroons. La République du Cameroun fait tout pour le couvrir. Le massacre de Ngarbuh devrait être une révélation pour le monde entier. Après le génocide de 1994 au Rwanda, les dirigeants mondiaux ont promis que cela ne se reproduirait plus. Malheureusement, l’armée camerounaise est en train de commettre un génocide dans le Southern Cameroons et le monde est silencieux. Nous comprenons que l’Onu a reçu de nombreux appels et envisage de convoquer une mission d’établissement des faits mandatée pour établir la vérité, traduire les coupables en justice et, espérons-le, mettre un terme à la violence et y mettre fin totalement. Cela ne peut pas arriver assez tôt. Les catalyseurs du génocide en cours au sein du régime de Biya et les médias camerounais doivent comprendre qu’ils seront finalement traduits en justice quelle que soit la durée du conflit. L’ensemble des preuves déjà rassemblées est trop lourd pour être ignoré par la cour pénale internationale. M. Biya devrait répondre aux nombreux appels de la communauté internationale pour mettre fin au génocide, retirer ses militaires, libérer toutes les personnes détenues dans le contexte du conflit et engager de véritables négociations avec les Southern Cameroonians sans conditions préalables.

VOTRE SITE SERA EN MODE MAINTENANCE DANS LES PROCHAINS JOURS ET VOUS REVIENDRA AVEC PLUS D’OPTIONS ET DE VITALITES


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *