Afrique Economie LA UNE panorama 9 septembre 2020 (0) (115)

Cameroun > Crise sociale: Les magistrats municipaux sans salaire depuis 06 mois

Partager

Le Président du Parti de l’Alliance Libérale (Pal) Célestin Bedzigui a saisi le Chef de l’Etat afin que celui-ci intervienne.

Les élus locaux du Cameroun issus du double scrutin du 09 février 2020 ne parviennent pas à joindre les deux bouts. Ils vivent en silence sans salaire depuis 06 mois. En sa qualité de Premier Adjoint au Maire de Monatélé, Célestin Bedzigui a décidé de saisir d’abord le locataire d’Etoudi et de rendre compte ensuite à ses collègues membres des exécutifs communaux.
Dans son message du 05 septembre 2020 aux élus locaux, Bedzigui écrit :

Chers collègues, membres des Exécutifs Communaux, j’ai pris la responsabilité, dans une démarche individuelle, ce jour, d’informer par note circonstancielle, le Président de la République du sort dont nous sommes victimes depuis 6 mois par le non-paiement de nos salaires.”

Le leader du Pal précise que sa démarche vise à informer le Chef de l’Etat des difficultés et des risques encourus dans la mise en œuvre de la décentralisation.
Le fondateur du Parti de l’Alliance Libérale souligne que les tractations relatives à la décentralisation sont difficiles. Célestin Bedzigui ne revèle pas tout le contenu de la correspondance expédiée au Président Biya.

Je ne saurai malheureusement partager ici le message tel que je l’ai formulé, tenu par l’obligation de réserve qu’impose la communication avec l’illustre destinataire”,

précise-t-il.

Un décret fixe les modalités de rémunération des délégués du gouvernement (actuels maires de villes), des maires et de leurs adjoints. Les délégués du gouvernement (actuels maires de villes) doivent percevoir mensuellement 400000 Fcfa, les adjoints aux délégués du gouvernement 200000 Fcfa, les maires 250000 Fcfa et adjoints aux maires 150 000 Fcfa. Le Cameroun est découpé en communes. Il existe actuellement 14 communautés urbaines, 45 communes d’arrondissement et 315 communes rurales.

Antoine Bivana


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *