LA UNE Opinion Politique panorama 27 août 2020 (0) (198)

Cameroun > Départ de Biya: L’offre Orange dit oui à l’appel de Kamto

Partager

Même si Hilaire Kamga émet quelques réserves sur la récente sortie du leader de l’opposition camerounaise, il est pour un balayage sans façon du régime actuel.

J’ai lu avec un intérêt certain la déclaration du Président du Mrc, le professeur Maurice Kamto, relative aux conditionnalités et autres préalables à l’organisation de toute future élection au Cameroun. C’est une position que je respecte et salue dès lors qu’elle rentre dans le champ de l’animation politique indispensable pour la vie démocratique.

Ensuite en sa qualité de leader de l’Opposition adossé sur un score honorable obtenu lors de la dernière élection présidentielle (bien que celle-ci fût un simple simulacre d’élections insusceptible d’hiérarchiser le leadership dans la lutte politique au Cameroun), le président Kamto est dans son rôle et peut de ce fait lancer des mots d’ordre en direction de ses partisans et des militants de son parti.

Mais si l’objectif recherché est la mobilisation généralisée des citoyens, comme c’était le cas dernièrement au Mali, on doit nécessairement recherchée des logiques non partisanes ou, à la limite transpartisanes, et donc essayer de construire, avant toute annonce publique, cette mobilisation autour des dynamiques collectives impliquant les acteurs de la Société Civile et les autres leaders politiques. En l’espèce, je ne sais pas si cela a été fait.

Par ailleurs, le point « zéro » choisit par le Président Kamto peut paraitre aussi ambigüe dès lors qu’il s’agirait de la convocation du corps électoral pour des élections régionales, qui se distinguent des autres élections par leur caractère indirect. Ce caractère indirect limite la capacité d’impact sur le processus, de même qu’il relativise la dimension mobilisatrice des citoyens.

En tout état de cause, bien que j’émette de sérieuses réserves sur sa faisabilité, je félicite le président Maurice pour l’initiative car l’essentiel est d’aboutir au balayage de ce régime néocolonial qui continue d’asservir les citoyens.

Hilaire Kamga


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *