Afrique LA UNE Politique panorama 13 juillet 2020 (0) (39)

Cameroun > Dialogue avec les Ambazoniens: La guerre au sommet de l’Etat

Partager

Frustration et colère des diplomates occidentaux à Yaoundé et les responsables des Nations Unies depuis lundi dernier 6 juillet 2020 où le gouvernement a tenté de nier les pour parlers entre le patron de la Dgre mandaté par Paul Biya et les leaders du mouvement séparatistes ambazoniens.

Dans la soirée du 2 juillet 2020 aux alentours de 20h les premières chancelleries occidentales à Yaoundé sont informées qu’un début de pour parlers est entamé avec les séparatistes anglophones pour un cessez le feu. C’est la joie. Car depuis plusieurs mois les français, américains, Nations Unies et autres demandent un cessez le feu et l’ouverture des négociations.

L’ambassade de France à Yaoundé accueille d’ailleurs avec une joie particulière la nouvelle. Dans un premier temps ils veulent féliciter publiquement l’initiative. Car depuis plusieurs mois, au cours des entretiens qu’il a eu avec Paul Biya, Christophe Guilhou a plaidé pour des pour parlers. Mais l’ambassade de France à Yaoundé se décide à donner la priorité au ministère français des affaires étrangères.

Ainsi, Christophe Guilhou envoi jeudi soir un câble diplomatique au quai d’Orsay à Paris où il demande aux autorités françaises d’accueillir favorablement le début des discussions afin d’encourager toutes les parties. Dans la requête il est explicitement demandé de le faire le plus rapidement possible afin de créer un climat de confiance et d’empêcher toute tentative de torpillage des négociations. La réaction du Quai D’Orsay est donc attendue vendredi ou au plus tard en début de matinée lundi.

C’était sans connaître la bataille de pouvoir qui se déclenche dès vendredi à Yaoundé. Le Dgre Eko Eko a simplement informé le Sgpr qu’il a rencontré les leaders ambazoniens. Il ne lui a pas adressé son rapport qui est passé directement par un circuit parallèle et a atterrit sur la table de Paul Biya. Ngoh Ngoh y voit un affront.

Surtout qu’il sait que le premier ministre Dion Ngute avec lequel ils sont en conflit était parfaitement informé et agi également dans ce dossier. Car le plan de reconstruction de la zone anglophone est piloté indirectement par le premier ministre qui a d’ailleurs convaincu plusieurs entreprises françaises de s’y engager( nous y reviendrons). Ferdinand Ngoh Ngoh a le week-end pour préparer sa contre attaque.

A paris, un communiqué officiel, qui salue l’ouverture de la porte du dialogue interne camerounais, par des contacts préliminaires discrets devant déboucher plus tard sur un dialogue est déjà en préparation. Les Nations Unies sont informés et s’apprêtent également à réagir après Paris. Mais au Quai D’Orsay les heures de ce lundi s’écroulent mais rien ne sort.

Yaoundé, 17h. Ban. Un communiqué de René Emmanuel Sadi, proche de Ferdinand Ngoh Ngoh dans son communiqué tend à démentir l’ouverture des négociations et maintien la ligne dure. Consternation, colère et desolation au sein du corps diplomatique et de certains du gouvernement qui y voient une tentative de saboter l’ouverture de discussion. Un seul homme est sur toutes les lèvres: Ferdinand Ngoh Ngoh accusé de travailler pour les suisses. Toutes les chancelleries qui s’apprêtaient à saluer le début des discussions stoppent tout.

En effet dans une note gouvernementale confidentielle dont j’ai pu obtenir copie il est écrit: “ Les contacts très discrets du 02 juillet, ont été volontairement fuités par le réseau Suisse, qui a voulu faire de la récupération, en faisant croire à toutes les chancelleries, que c’est M. le Sgpr qui était à la manœuvre de négociation. Cette sortie des Suisses a amené M. Sissiku Ayuk Tabe à communiquer dans un sens particulier, qui laisse toutes les chances aux concertations de continuer en toute sérénité, sans être taxé de « vendu ».

La bataille se poursuit. Le patron de la Dgre, Eko Eko et le premier ministre, Dion Ngute ne comptent rien lâcher. Dans une note en ma possession adressée à New-York siège des Nations Unies et à Michelle Bachelet, Haut commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme, François Louceny Fall, le représentant spécial des du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique Centrale annonce de nouvelles discussions dans les prochains jours ou semaines. Nous y reviendrons plus en détails. Les prochaines s’annoncent cruciales pour mettre fin au Buisness de la guerre.

Boris Bertolt


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *