Afrique Info continue LA UNE Politique panorama 7 septembre 2020 (0) (176)

Cameroun > Élections régionales: Paul Biya défie Maurice Kamto

Partager

Le président de la Répiblique vient de convoquer les collèges électoraux pour le 06 décembre prochain en dépit de la récente mise en garde du président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun.

Le décret présidentiel a été rendu public quasiment une semaine après la publication du décret portant répartition des sieges des conseillers régionaux. Évocation du contexte et des enjeux dudit texte présidentiel.

Paul Biya a annoncé les couleurs le 2 septembre 2020, en signant deux décrets, dont l’un portant répartition des sièges des conseillers régionaux par département. Le Mfoundi, siège des institutions de la république, aura droit à sept délégués départementaux, puis deux représentants du commandement traditionnel , soit neuf au total alors que dans le Wouri, dans la région du Littoral, aura droit à trente délégués départementaux et cinq représentants du pouvoir traditionnel, soit 35 conseillers. Il s’agit de préciser que dans l’ensemble du pays, il y aura 700 délégués départementaux et 200 représentants du pouvoir traditionnel pour un total de 900 conseillers régionaux.

Le Chef de L’État a, dans la même veine, signé un second décret fixant les modalités de prise en charge par l’État des frais afférents à la participation des membres des collèges électoraux à l’élection des conseillers régionaux. A l’occasion de cette élection, les membres des collèges électoraux ont droit à une indemnité forfaitaire destinée à la prise en charge des frais liés à leur participation au scrutin. Le montant de l’indemnité est de 50.000 Fcfa par membre des collèges électoraux.

Avec la publication de ces deux décrets présidentiels, le décor était déjà planté tant les préalables à la convocation des collèges électoraux pour la tenue des régionales étaient connus. Bien avant, il y a eu plusieurs réunions de concertations entre les chefs traditionnels et le ministre de L’Administration territoriale (Minat). Toute chose ayant été à l’origine de la mobilisation déjà perceptible dans le parti au pouvoir et dans certaines entités politiques représentées au parlement.

Les acteurs du processus électoral étaient déjà mis en branle en vue de la mise sur pied des prochaines collectivités territoriales décentralisées.

Paul Atanga Nji a, d’ailleurs, reçu, le 3 août 2020, une délégation de six chefs traditionnels du Wouri. A huis clos, les discussions étaient axées, selon des sources dignes de foi, sur l’organisation des élections régionales à venir. Il était question de tabler, entre autres, sur les conditions d’éligibilité des chefs des 1er, 2eme et 3eme degrés et sur leur implication active et effective dans le processus électoral.

Sans conteste, le chef de l’État a sapé carrément l’appel à la résistance nationale lancé par Maurice Kamto, président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc). Cet homme politique a, en effet, posé deux préalables pour l’organisation de ce scrutin, en l’occurrence la résolution de la crise anglophone et la réforme consensuelle du système électoral.

Mais visiblement, Paul Biya en fait tabula rasa et décide, à travers ses décrets, de planter le décor pour la tenue des régionales. A partir du moment où les dés de l’organisation des élections régionales sont lancés par l’hégémon central, le leader national du Mrc activera-t-il, in fine, les leviers de la résistance au pouvoir de Yaoundé. Tous les regards seront, désormais, tournés vers la tête de proue du Mrc et vers ses cadres dissidents pour savoir quels mécanismes de contestation ils mettront à contribution pour mettre L’État dos au mur le moment venu.

Serge Aimé Bikoi & Rostand Tchami


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *