LA UNE Opinion Politique panorama 22 avril 2020 (0) (335)

Cameroun > Fonds de solidarité nationale: Boudé et abandonné par le peuple, Biya fait son don.

Partager

Après avoir mis sur pied un fonds de solidarité nationale pour combattre le coronavirus, le président de la République a adopté une autre stratégie, vu que ses concitoyens ne se sont pas -jusqu’à présent- massivement manifestés pour la première initiative. Paul Biya a-t-il compris que les camerounais ne peuvent pas lui donner ce qu’ils n’ont pas ?

Le Cameroun, au même titre que plusieurs autres pays du monde, fait face aux affres de la pandémie du Covid-19. Alors que l’Organisation mondiale de la santé (Oms) recommande le confinement aux populations pour éviter de contracter le virus puisqu’il n’y a encore aucun traitement approprié, les gouvernements des autres pays d’Afrique, d’Europe, d’Asie et de l’Amérique, ont décidé de mettre à la disposition de leurs populations des sommes d’argent pouvant les permettre de supporter les effets du confinement, le président de la République du Cameroun, a quant à lui, créé un fonds spécial de solidarité nationale pour lutter contre la propagation du Covid-19 sur le territoire national. C’est par un communiqué signé et rendu public par le Secrétaire général de la primature, Séraphin Magloire Fouda, le 31 mars dernier, que le public en a été informé. Le même communiqué précisait que le chef de l’Etat avait lui-même doté ledit fonds, d’un montant d’un milliard de Fcfa. Il fallait donc à partir de ce moment, que ses concitoyens lui emboitent le pas afin de grossir la cagnotte.

Mais ce n’est pas du tout le cas. Du 31 mars jusqu’à ce jour, il n’y a pas un bain de foule dans la mobilisation citoyenne. Peu sont ceux qui y participent et ce ne sont que des promoteurs d’entreprise et le Sénat. C’est le cas du producteur d’huiles raffinées (Maya) qui a remis 150 millions de Fcfa au ministre de la Santé publique ; du président directeur général de Congelcam qui a donné 250 millions de Fcfa ; du promoteur de la Banque Uba qui a offert 150 millions de Fcfa ; du milliardaire Baba Danpullo qui a donné 100 millions ; de l’entreprise Orca qui a remis 4.000 sacs de riz ; d’Alliances construction qui a remis un chèque de 150 millions de Fcfa au Minsanté, de Sanofi et Addas petrolium qui ont fait un don en médicaments et en équipements de protection individuelle et de la chambre haute du parlement qui a fait une contribution de 100 millions de Fcfa pour ne citer que ceux-là.

En clair, pendant plus de trois semaines, les contributions n’ont même pas encore atteint la barre d’un milliard. Aucun citoyen n’a encore, de par sa propre volonté, contribué dans ledit fonds. Est-ce par manque de moyens financiers ? D’ailleurs, même les ministres de la République qui sont quand même bien nantis, n’y ont fait aucun geste. Que dire des directeurs généraux et assimilés qui gardent un silence assourdissant ?

Collectivités territoriales décentralisées

De toutes les façons, le chef de l’Etat a peut-être compris qu’il ne pouvait pas attendre grand-chose venant de son peuple. Il a donc pris l’initiative cette fois, de ravitailler les populations en équipements de protection contre le coronavirus à travers un don spécial de 2 milliards de Fcfa. Dans le communiqué du ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, annonçant cette information le 20 avril dernier, ledit don est composé de 50.000 cartons de savon de lessive, soit 4 millions de morceaux de savon ; 1 million 500 mille masques de protection pour les populations ; 50.000 masques chirurgicaux pour le personnel hospitalier ; 75.000 seaux de ménage ; 40.000 bidons lave-main d’une capacité de 30 litres chacun ; des kits de tests de dépistage rapide et des appareils d’assistance respiratoire pour les hôpitaux.

Même si le Minat précise que le don va à l’endroit des 360 arrondissements du pays, il faut cependant relever que cela est insignifiant par rapport à la population camerounaise qui est estimée à plus de 25 millions d’habitant. Ce qui veut dire que les autorités des Collectivités territoriales décentralisées vont sélectionner les bénéficiaires de cette offre et en conséquence, tout le monde ne pourra pas en avoir. Est-ce que le chef de l’Etat va sortir une autre stratégie plus tard ? Nul doute, il est le seul à le savoir. Certainement c’est sa façon à lui de « tontiner » de façon graduelle, pour atteindre la barre de 1.000 milliards de Fcfa comme ses homologues ivoiriens et sénégalais. Mais pour le moment, il n’est encore qu’à 3 milliards de Fcfa. La « tontine » sera donc longue mais alors très longue si la courbe ne fait pas un grand bond en avant.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *