Afrique LA UNE Santé panorama 4 juin 2020 (0) (128)

Cameroun > Fonds de solidarité nationale: les contributions franchissent la barre d’un milliard de Fcfa

Partager

La pandémie au coronavirus à laquelle font face tous les pays du monde entier, impose des dépenses importantes pour la protection du plus grand nombre de personnes afin que ces dernières ne puissent contracter la maladie.

Le gouvernement camerounais ne disposant pas de moyens nécessaires et suffisants pour garantir la protection de son peuple sur l’ensemble de son territoire national, comme l’ont souligné certains caciques du pouvoir de Yaoundé, le Secrétaire général de la primature, Séraphin Magloire Fouda a annoncé le 31 mars dernier via un communiqué que le chef de l’Etat a créé un fonds spécial de solidarité nationale pour lutter contre la propagation du Covid-19 dans son pays en y injectant lui-même la somme d’un milliard de Fcfa. Le-dit communiqué indiquait alors au même moment qu’il revenait au ministre en charge de la Santé publique, Manaouda Malachie, de recevoir les différents dons. Pendant environ 2 mois de contributions, le Minsanté a rendu public le 29 mai dernier, le premier bilan à mi-parcours des donations déjà encaissées. En ce qui concerne les apports financiers, la cagnotte du fonds de solidarité nationale a été renfloué à hauteur d’un milliard 687 millions 499 mille 727 Fcfa. Pour ce qui est des contributions matérielles, le Minsanté a reçu de milliers de kits alimentaires, sanitaires et d’hygiène à savoir les masques chirurgicaux, les cartons de savon, des sacs de riz, etc.

Bilan

Interrogé sur les antennes du poste national hier, en tant qu’invité du 13h, Manaouda Malachie a fait savoir que ces dons qui ont été donnés par des personnes individuelles anonymes, des associations, des sociétés, des représentations diplomatiques et du Sénat, ont déjà été réparties dans les dix régions du pays notamment dans les coordinations régionales de gestion de la pandémie et dans les centres de prise en charge des patients du Covid-19. Il faut cependant souligner que le Minsanté n’a pas tenu compte des un milliard de Fcfa injecté par le président de la République au moment de la mise sur pied du fonds spécial de solidarité nationale. Certainement une dotation dont la gestion ne dépend pas de son département ministériel. Toutefois, il faut rappeler que c’est la toute première fois que le régime de Yaoundé dresse le bilan des cotisations nationales. Car en 1994 par exemple lors de la coupe du monde qui se jouait aux Etats-unis d’Amérique, le gouvernement avait lancé l’opération « coup de cœur » pour venir en soutien aux lions indomptables de l’équipe nationale fanion, qualifiés pour la phase finale de cette compétition ; au lieu de faire un suivi-évaluation des sommes cotisées par le peuple camerounais, l’ancien ministre de la Communication, Kontchou Kouomeni avait organisé une conférence de presse juste pour informer l’opinion nationale que « la mallette d’argent se trouvait entre Yaoundé et Washington » sans une autre forme de précision.

Crise anglophone

En 2014, le président de la République a appelé les camerounais à une mobilisation nationale pour soutenir financièrement le personnel militaire et les victimes de guerre de la nébuleuse secte Boko Haram dans le septentrion. Les populations ont fortement contribué à hauteur d’un milliard 800 millions de Fcfa sans jamais savoir comment la cagnotte a été gérée. 4 ans plus tard, en 2018, le chef de l’Etat lance un plan d’urgence d’assistance humanitaire pour soulager les victimes de la crise anglophone. Les plus de 12 milliards de Fcfa cotisés par le peuple dans son ensemble et gérés par le ministre de l’Administration territoriale, n’ont pas encore fait l’objet d’un plan détaillé transparent pour préciser comment ces fonds ont été gérés. Pour la première fois donc, Manaouda Malachie apporte un nouveau paradigme de fonctionnement au pouvoir de Yaoundé et a d’ailleurs mentionné dans son communiqué du 29 mai dernier que conformément aux dispositions légales et règlementaires pertinentes en matière de finances publiques et de transparence, « un compte rendu d’emploi desdites ressources est régulièrement produit, à une fréquence hebdomadaire ». Espérons que l’initiative ne trouvera pas d’embûches en cours de route.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *