Afrique LA UNE Santé panorama 18 août 2020 (0) (120)

Cameroun > Gestion des forêts: L’État s’incline face au pouvoir traditionnel

Partager

En l’espace d’une semaine, l’équipe du Premier ministre Joseph Dion Nguté est revenue sur deux importantes décisions prises dans sa gestion des forêts du pays.

Moins d’une semaine après avoir retirer le décret du Premier ministre qui classait la forêt d Ebo dans le domaine privé de l’Etat, le gouvernement se dédit à nouveau sur une affaire foncière qui oppose les populations riveraines à une agro industrie partenaire de l’Etat du Cameroun dans le département de la Vallée du Ntem, région du Sud.

Dans une note confidentielle du Ministre des Domaines du Cadastre et des Affaires Foncières (Mindcaf) datée du 14 août 2020 et adressée au préfet de la Vallée du Ntem , Henri Eyebe Ayissi annonce la suspension jusqu’à nouvel avis , « les effets du contrat de bail provisoire signé le 27 mai 2020 entre l’Etat du Cameroun et la société Neo Industry S.A pour le développement des plantations cacaoyères aux lieux dits « Nlono», « Messama » et « Zaminkan» dans le département de la Vallée du Ntem région du Sud » .

Cette note du ministre Eyebe Ayissi marque un nouveau rétropédalage du gouvernement dans un conflit foncier qui oppose les populations de la Vallée du Ntem à la société Neo Industry , une agro industrie destinée à la transformation des fèves de cacao du Cameroun, partenaire de l’Etat.
Comme dans l’affaire d’Ebo, les dirigeants camerounais se dédisent une fois de plus ; ce qui amène certains observateurs à questionner le travail des responsables des démembrements de l’Etat sur certains dossiers à soumettre à leurs hiérarchies. Pour Hyacinthe Mba Mbo, ancien maire d’Ambam, et élite de la Vallée du Ntem ,

La décision du ministre apaise les esprits et permet aux autorités de bien examiner le dossier » mais cette affaire « vient remettre au gout du jour le mauvais travail que certains responsables des services déconcentrés de l’Etat font sur le terrain”

poursuit il en substance.

De son coté, Neo Industry n a pas voulu commenter la décision du ministre des domaines.

Origine de la Crise

C’est en 2012 que commence cette affaire : Jacqueline Koung Abessike alors ministre des domaines du cadastre et des affaires foncières, signe le 3 juillet un arrêté portant « déclaration d’utilité publique » les travaux de construction de la réserve foncière pour l’agro industrie Neo Industry et des logements sociaux dans la Vallée du Ntem région du Sud.

Sur la base cet arrêté, cinq titres fonciers sont établis par l’administration au profit de l’Etat du cameroun il s’agit notamment des titres : n°578/VNT, n°579/VNT, n°580/VNT, n°581/VNT et n°582/VNT. Le 11 août 2016, le Premier Ministre d’alors Philémon Yang, prend un arrêté portant classement de ces espaces dans le domaine privé de l’Etat nécessaire à la constitution des réserves foncières nécessaires aux plantations cacaoyères de l’agro industrie. Le 27 mai 2020, l’actuel patron du Mindcaf signe un contrat de concession avec Neo Industry.

Mais selon les populations du département de la Vallée du Ntem, la procédure d’appropriation de ce terrain était entachée de nombreuses irrégularités qui s’apparentent à un accaparement de terre ; Hyacinthe Mba Mbo fait observer que les titres fonciers établis sur ces terrains ont été fait sans aucun procès verbal de bornage ce qui n’est pas anormal, puisque c’est le premier élément déclencheur pour l’immatriculation d’un terrain ajoute t- il, ce qui a déclenché la colère des populations.qui sont sortie en masse pour revendiquer leurs terres.

Ebenizer Diki


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *