Afrique Economie LA UNE panorama 6 avril 2020 (0) (537)

Cameroun > Grève des Transporteurs: Les présidents des syndicats arrosés?

Partager

Ces opérateurs du transport urbain et inter-urbain ont, après deux mécanismes de concertation avec le gouvernement, décidé de trouver une issue au bras de fer qui les oppose.

Dans un communiqué rendu public le 4 avril 2020, les syndicats des transporteurs routiers du Cameroun affirment qu’ils vont poursuivre les pourparlers avec le gouvernement camerounais. Question de trouver des solutions à leurs doléances. Après une correspondance adressée, le 30 mars 2020, au patron du gouvernement, Jean Colins Ndefossokeng, président du Synester(Syndicat du transport urbain et des employés du transport terrestre) et ses camarades syndicalistes ont été reçus, le 3 avril 2020, par le secrétaire général des services du premier ministre. Séraphin Magloire Fouda les a réunis dans ses services avec les ministres du Travail et de la Sécurité sociale (Mitss), du Commerce(Mincommerce) et des Transports (Mintrans). Histoire d’examiner l’ensemble de leurs préoccupations. Il s’agit de la baisse du prix du carburant consécutive aux restrictions du nombre de passagers dans les transports décidées par le patron du département des transports. Cette mesure a été prise le 23 mars 2020 pour limiter la propagation du Covid-19. Mais, les mesures d’accompagnement n’ont pas suivi.

Au sujet du prix du carburant, le ministre du Commerce qu’entouraient ses homologues du travail et des transports ont tenu une seconde réunion avec les transporteurs le 4 avril 2020. Il a été décidé, au terme des échanges, de libérer les véhicules arraisonnés, ainsi que tous les conducteurs et transporteurs détenus dans le cadre de la répression des infractions liées aux mesures restrictives du ministre des Transports. D’après des sources crédibles, une réunion entre Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, ministre des Transports, et les syndicats des transporteurs routiers est prévue ce lundi, 6 avril 2020 à l’effet d’aménager les mesures restrictives initialement prescrites. C’est dans l’intérêt de tous. Mais, les transporteurs ont promis de relancer le débrayage s’ils ne sont pas satisfaits. Est-il erroné de conclure que les présidents des syndicats ont été mouillés dans le rituel perdiem de présence? C’est quoi ces mots d’ordre de grève lancés et levés chaque fois quand bien même la principale revendication (baisse des prix du carburant), n’est pas obtenue? Question à zéro franc.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *