Afrique LA UNE Santé panorama 30 mai 2020 (0) (214)

Cameroun > Hygiène et salubrité: le choléra plane chez Paul Biya

Partager

À côté des deux cas déjà confirmés, l’on est à l’attention des résultats des laboratoires d’analyses sur plusieurs autres cas suspects. Aussi, l’on évoque la mort de deux personnes causée par le choléra. D’après nos sources sur places, les deux décès ont été enregistrés au village Ngam-Yembong, à une dizaine de kilomètres de la ville de Sangmelima. Le couple Akono N’a de retour d’un déplacement dans la région de l’Ouest du pays a succombé à la maladie.

Avant de craquer, l’épouse de sieur Akono Nna a manifesté des symptômes de la maladie. Diarrhée abondante, nausée et vomissements et signes de fatigue étaient au rendez-vous. Mais malheureusement, personne dans son entourage n’a pu imaginer qu’il s’agit de cette maladie extrêmement contagieuse. Après le décès de la dame, son époux va prendre le relais avant lui aussi de succomber après avoir présenté des symptômes identiques. Il a rendu l’âme à l’hôpital de référence de Sangmelima où il a été transporté de toute urgence. C’est dans cette formation hospitalière que les résultats des examens ont prouvé qu’il s’agit du choléra.

Après la découverte du premier foyer, l’autorité sanitaires locales font devoir faire face à deux  nouveaux foyers  logés dans les villages Zoétélé et Meyomessala. L’on appris que deux autres ont été détectés positifs à l’épidémie du Choléra. Trois autres patients testés sont à l’attente des résultats des examens. Une nouvelle situation inquiétante qui vient se greffer à la crise sanitaire du Covid-19 qui fait des ravages au Cameroun avec plus 5000 personnes infectées et nombreux morts.

L’une des dernières périodes à laquelle la maladie du choléra a fait des ravages au Cameroun, date de juillet 2018 dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord. L’on déplorait alors les décès de près de 50 personnes. Selon les chiffres du ministère de la santé publique, environ 7% des personnes touchées sont décédées. La région du Nord avait alors enregistrés 775 cas confirmes. L’Extrême-Nord présentait  également une situation épidémiologique alarmante à cette époque. Le choléra qui se transmet par la diarrhée, les vomissements et les mains sales est  très souvent contagieux avec le retour récent des pluies dans ces régions.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *