Afrique Culture LA UNE panorama 30 avril 2020 (0) (232)

Cameroun > Journée internationale du Jazz: Le Minac rend hommage à Manu Dibango

Partager

Aujourd’hui, le 30 avril 2020, le Cameroun s’était préparé à rejoindre la Communauté Internationale de Jazz, afin d’organiser une cérémonie digne et grandiose pour célébrer la Journée Internationale du Jazz sous le très haut patronage de la Première Dame du Cameroun; Ambassadrice de bonne volonté de l’Unesco, Mme Chantal Biya. Compte tenu de la situation particulière que vit le monde aujourd’hui suite à La pandémie de Covid-19, nous nous sommes senti oblige de changer de schéma. Comme le dit George Gershwin: “La vie ressemble beaucoup au jazz … c’est mieux quand on improvise”
La Journée internationale du jazz rassemble des pays et des communautés du monde entier. À travers ces rencontres, il encourage le dialogue, combat la discrimination et met à profit la dignité humaine. Afin de préserver la dignité humaine et en particulier la vie humaine, la prescription est de rester à la maison et de bloquer la voie à la pandémie mortelle, une pandémie qui a ravagé la race humaine; un virus qui ne respecte aucune renommée ou célébrité; un mal qui nous a privé de notre Manu Dibango

Au début de l’année, même dans notre imagination la plus large, nous n’aurions pas pensé à célébrer la Journée internationale du jazz sans Manu Dibango Je parle avec un cœur lourd. «Manu», comme nous l’appelions populairement, était l’un des meilleurs d’Afrique, voir du monde.
Aujourd’hui est donc le jour le plus approprié pour rendre hommage à notre héros brutalement arraché a la vie. Né le 12 décembre 1933, Manu DIBANGO, saxophoniste, pianiste, vibraphoniste, Artiste de l’Unesco pour la paix depuis 2004, s’est retiré de la scène le 24 mars 2020. Manu était un pur produit de Jazz; il a incarné la proximité et le mélange produits par le jazz. Il a fait le tour du monde entier et a réalisé des projets de collaboration avec des musiciens qui représentaient un éventail de genres de musique populaire afro-caribéenne, africaine et afro-américaine.
Il a produit plus de soixante-dix albums de musique tout au long de sa très riche carrière. Certains des plus remarquables étaient Soul Makossa, 1972 (un mélange de jazz, de Makossa et de musique soul qui a finalement marqué le tournant de sa carrière) et Wakafrika (1994) qui a réuni les meilleurs d’Afrique tels que: Youssou N’dour du Sénégal, Le roi Sunny Ade du Nigéria, Salif Keita du Mali, Angélique Kidjo du Bénin, Ray Lema du Congo, Ladysmith Black Mambazo d’Afrique du Sud, ainsi que d’autres musiciens éminents.
Alors que nous célébrons cette Journée internationale du jazz, prions pour le repos de quelqu’un qui aimait l’humanité et a exprimé cet amour à travers les innombrables actions humanitaires qu’il a faites. Saluons un homme qui a démontré que le jazz est un instrument d’espoir, de dialogue entre les cultures et de paix. Célébrons quelqu’un qui aimait la musique, qui aimait le jazz comme il l’a dit lui-même” … On ne joue pas de musique pour meubler le temps, Mais on joue de la musique parce que l’on est amoureux de la musique … »
Avant de terminer mon propos, permettez-moi, au nom du peuple camerounais, d’exprimer notre reconnaissance au Directeur Général de l’Unesco et à la Communauté internationale de jazz pour la Générosité et la sympathie qui nous sont exprimées. Nous vous en sommes très reconnaissants.
Pendant que nous restons à la maison et que nous nous connectons grâce à une musique jazz revivifiant, souvenons-nous, comme le dit Nina Simone: «Le jazz n’est pas seulement de la musique, c’est un mode de vie, une façon d’être, une façon de penser»
Vive la Journée internationale du jazz


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *