Afrique LA UNE Politique panorama 28 février 2020 (0) (2217)

Cameroun > Législatives 2020 > Le Rdpc en maître: Et si Maurice Kamto avait raison…

Partager

167 députés viennent d’être connus au terme de l’audience de la proclamation des résultats par le conseil constitutionnel. Voici la nouvelle carte politique de l’Assemblée nationale!
Le Rdpc, l’Undp, le Sdf, le Pcrn, l’Udc, le Fsnc, l’Ums et le Mdr sont les huit formations politiques qui vont, dorénavant, siéger à la chambre basse du parlement camerounais.  Le parti au pouvoir se taille la part du lion avec 139 élus du peuple. L’union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp) a sept députés; le Social democratic front (Sdf) cinq députés. L’Union démocratique du Cameroun  reste et demeure à l’hémicycle de Ngoa Ekellé avec quatre députés, au rang desquelles figurent, entre autres, Patricia Tomaino Ndam Njoya, Adamou Youmo Koupit, membre du bureau politique, qui fait son entrée dans l’arène du parlement.
Le parti de Issa Tchiroma Bakary, le front pour le salut national du Cameroun (Fsnc), fait son entrée à l’Assemblée nationale avec trois députés. Deux autres formations politiques de l’opposition camerounaise font aussi leur insertion dans le champ de l’Assemblée nationale, en l’occurrence le Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn), qui a cinq députés parmi lesquels le leader Cabral Libii Li Ngué Ngué, tout autant que Rolande Ngo Issi, Odile Ngo Mahop et Nourane Foster Fotsing. La seconde formation politique de l’opposition camerounaise qui entre à l’Assemblée nationale est l’Union des mouvements socialistes (Ums), dont le président national est Pierre Kwemo. Le maire de Bafang fait son come back aux couleurs de l’Ums à l’Assemblée nationale. Autrefois, cet homme politique fut député Sdf à l’hémicycle de Ngoa Ekellé. Le Mouvement pour la défense de la République du sénateur Dakole Daissala reste juché au bas de la passerelle de cette arène avec deux élus du peuple.
Comparativement à la dernière législature, 167 députés sur 180 siègent à l’Assemblée nationale. Le tableau n’est pas encore complet en raison de la décision rendue publique le 25 février 2020 à l’issue de l’audience du contentieux post-électoral par le conseil constitutionnel, qui a ordonné la reprise du scrutin dans onze circonscriptions dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Elecam organisera donc, prochainement, les élections partielles dans les deux régions anglophones. Question de permettre la connaissance des treize derniers députés, qui siégeront avec les 167 autres à l’Assemblée nationale pour un mandat de cinq ans. Deux partis politiques de l’opposition quittent l’Assemblée nationale, à savoir l’Union des populations du Cameroun (Upc), engluée dans les dissensions internes, et le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), entité politique ayant opté pour la logique du boycott du double scrutin législatif et municipal du 9 février 2020.

Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *