Afrique LA UNE Politique panorama 26 janvier 2020 (0) (3273)

Cameroun > Législatives/Municipales 2020 > Cabral Libii: Je suis un héritier de “l’upécisme”

Partager

Après être arrivé 3e lors des récentes élections présidentielles du 07 octobre 2018, l’ex candidat du Parti univers a décidé de ne pas s’effacer de la scène politique mais a, au même moment, pris l’initiative de continuer sa carrière politique et cette fois, sous la bannière du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn). Candidat aux élections législatives du 09 février prochain, Cabral Libi a entamé sa campagne électorale ce jour, à Makak. Conscient d’avoir fait longuement patienter les populations de cet arrondissement venues nombreux pour l’écouter, il a d’abord salué ce public visiblement en liesse avant de se prêter à un jeu pour enjailler le public. “Le slogan du Pcrn c’est vérité, amour, paix. Quand je dis Pcrn, dites Vap en soulevant les deux doigts de la victoire vers le ciel”, scandait-il devant une foule qui n’a pas hésité de manifester son euphorie malgré les bruits de la musique que jouaient les militants du Rdpc en face du lieu du meeting. En bon enfant du terroir, il n’a pas hésité d’esquisser quelques pas de danse sur le rythme vibrant de l’Assiko, danse très célèbre en pays Bassa, avant de prononcer son discours de circonstance.

” Vous avez eu qui d’autre à la présidentielle? Je suis votre fils. Vous m’avez donné 6,28% à la présidentielle. Je ne fais pas la campagne pour les législatives mais pour la présidentielle. Mais comme avant d’être présisent, il faut d’abord faire ses preuves à la mairie et à l’Assemblée nationale et pourquoi pas ministre”. Et d’ajouter “je suis un héritier de l’Upcisme. Être upéciste ne veut pas dire être membre de l’Upc mais cela veut dire épouser l’esprit et la vision. C’est cet âme qui avait animé Un Nyobe lorsqu’il luttait pour l’indépendance du Cameroun. Un jour quand j’arriverai là où il faut, je donnerai la place à l’Upc qui est un patrimoine national”.

Pour faire toute la lumière sur la polémique autour de sa possible coalition avec un autre parti politique pour partager la députation et les mairies, le doctorant souligne qu’il n’a jamais entendu une chose de plus idiote. ” Si quelqu’un veut faire changer les vies des populations, il ne saurait jamais laisser les mairies à ses adversaires. Donc cessez d’écouter les bavardages inutiles. Allez voter massivement le 09 février prochain et glissez le bulletin de vote du Pcrn”.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *