Afrique Economie LA UNE panorama 10 août 2020 (0) (156)

Cameroun > Lom Pangar: Plus de 40 travailleurs décédés en plein chantier

Partager

En dehors des problèmes techniques que connaît ce barrage depuis 2018, il faut déplorer le drame humain avec de nombreuses vies qui se meurent.

D’après nos informations, plus de 40 travailleurs camerounais sont décédés de suite d’accidents de travail à Lom Pangar. Ces accidents n’ont pas été déclarés à la Cnps ou à l’inspection du travail. De nombreuses familles abusées et non indemnisées sont dans le désarroi depuis 3 ans. Plusieurs cas sont à déplorer. Daniel Boukessong a été écrasé à 1 heure du matin par un engin. Sa famille n’a jamais été indemnisée malgré les réclamations datant de plus de 03 ans. Patrice Daniel Ndinga (chauffeur) est mort de suite d’un accident de la circulation à Deng Deng en 2016. Ses ayant droits sont sans indemnisations.

Francis Douglas Bouyom (soudeur industriel à Lom Pangar), a été électrocuté par une décharge électrique de 380 volts qui en février 2012. Après 03 semaines de coma à l’Hôpital Général de Yaoundé, il s’en est sorti avec une incontinence urinaire totale, une perte totale d’érection ayant conduit au départ de son épouse et des troubles psychiques chroniques à répétitions.

Après des tractations du syndicat Syntdoptre, Edc et la Cnps sous la pression de la Banque Mondiale, Bouyom perçoit une rente mensuelle de 50000 Fcfa depuis septembre 2018.
Il porte désormais des couches adultes et soit des dépenses journalières de 1400 Fcfa pour deux couches par jour. Le médecin expert de l’Hôpital Central de Yaoundé le Dr. Achille Aurélien Mbassi a évalué son incapacité à 75% et ordonné depuis septembre 2018, son évacuation sanitaire au Havre en France pour un traitement approprié.

Chose que Edc et la Cnps non pas fait jusqu’à date et son état va s’aggravant. Lors du setting du 10 juillet 2020 devant le parking extérieur de Edc (maitre d’ouvrage du projet Lom Pangar), le top management en poste à Edc a fait appel au Commissariat Central N°1.
Ses éléments ont violenté les ex-ouvriers observant une manifestation pacifique.

Le malade Bouyom est de nouveau entré dans le coma une fois de plus suite aux violences. Il est dans un état critique depuis ce jour suite à son abandon par les policiers à l’Hôpital Central de Yaoundé. Son unique source de revenus, la motocyclette achetée par le rappel de sa rente de 50000 Fcda a été volée ce vendredi 10 juillet 2020 à l’occasion de ces violences policières. L’enquête ouverte par le Délégué Général à la Sûreté Nationale est en cours à la police des polices.

Hervé Abondo Lastane (maçon au barrage de Lom Pangar) a reçu un projectile en 2012 sur l’œil gauche. Et ne disposant pas d’Epi, il a perdu son œil. Zéro indemnisation jusqu’à présent. Joseph Bidjang Aboh (chaudronnier à Lom Pangar), souffre d’une infection pulmonaire chronique depuis 2015. Et qui après avoir été licencié abusivement par les chinois de Cwe, ce maçon n’a jamais été indemnisé. Les dépenses relatives à son traitement au Centre de Santé le Jourdain s’élèvent à 2600000 Fcda. 22 Camerounais ont contracté les hépatites virales B et le Vih/Sida.

Ces pathologies ont été causée de la promiscuité à la base vie. Soit 2, 3 à 4 ouvriers par chambre. Ce, en violation de l’article 66 du Ct et de l’arrêté de 1998 du Mtps de l’époque. Après le protocole d’accord Edc-Syntdoptre-ex ouvriers et Mintss signé sous l’égide de la banque mondiale à Bertoua le 13 mars 2019, les ex-ouvriers réclament plus de 800 millions Fcfa au titre de remboursement de la subvention repas et de la prime de non logement conforme de 25% du SB + prime ancienneté. Plus de 1000 requêtes issues des Pv de non conciliations signées à la Drtsse sont en cours au Tpi de l ‘Est. La procédure s’enlise faute de moyens.

Antoine Bivana


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *