Afrique LA UNE Politique panorama 4 mars 2020 (0) (7018)

Cameroun > Mairie de Douala: Jean Kueté et Fame Ndongo au secours pour la nomination de Roger Mbassa Ndine comme élu

Partager

Les deux hautes personnalités du comité central du Rdpc, seraient en chemin pour Douala. Motif, soutenir Victor Roger Mbassa Ndine. Sauf miracle, il ne sera pas élu super Maire de la ville de Douala, malgré la présence et le soutien de ses copains hauts cadres du parti. Les conseillers municipaux menacent, ils promettent de donner tous leurs suffrages à l’opposition en cas d’ingérence.
Victor Roger Mbassa Ndine espère être élu au détriment du très valeureux président de section Rdpc Wouri 1, et maire de la commune de Douala 1er, Jean Jacques Lengue Malapa qui s’entête à briguer la grande mairie.
Si cette information de la venue du secrétaire général du comité central et le ministre d’État, ministre de l’enseignement supérieur et chargé de la communication du comité central du Rdpc est avérée, c’est que leur agenda caché est réellement d’effacer définitivement le parti de Paul Biya de la scène politique. Sinon comment comprendre leur attitude ? A quand la démocratie ? En balayant du revers de la main toutes ses instructions du président national du Rdpc, ils tuent son parti. Au lieu des élections libres et transparentes, Ils ont choisi de designer leurs petits copains de part et d’autre avec qui, ils vont certainement continuer à se partager le gâteau. C’est le cas à Douala, en ce moment où les mandataires du comité central du Rdpc voudraient absolument installer Victor Roger Mbassa Ndine à la communauté urbaine, en lieu et place du choix de la majorité.
En vrai, malgré un pedigree qui semble au premier degré plaider en sa faveur, cet économiste-planificateur et ancien secrétaire général du ministère de l’économie et de la planification est impopulaire et a activement participé à la décapitation de l’outil de production des richesses au Cameroun dans le cadre des privatisations sauvages dictées par les institutions de Bretton Woods dont il fut l’un des artisans avec à la clé l’explosion de la misère populaire et des métiers opportunistes que nous connaissons aujourd’hui. Toutes les tentatives du comité central du Rdpc, visant à le faire passer hier à la session de plein droit à la salle des fêtes d’Akwa, ont échouées, d’où son renvoi et l’appel des pompiers pour éteindre le feu.
Les conseillers municipaux, arqueboutés dans leur position de contestataires préfèrent eux-mêmes faire leur choix à travers les urnes, évidemment sans ingérence, et c’est une voie démocratique. Le Rdpc qui se réclame être un parti politique démocrate et rassembleur devrait prêcher par l’exemple en laissant le soin à la base de faire le choix de ses élus.
Outre le candidat du comité central, d’autres camarades ambitieux du même parti, courageux et populaires, chacun dans sa circonscription à l’instar de: Jean Jacques Lengue Malapa, Dr Geremie Solle, Isaac Ngwem Mode, caressent le rêve de devenir premier super Maire de la ville Douala. A quoi bon les bloquer ?
Malgré les injonctions des professeurs Ndong Souhmet et Stéphane Ngwansa, respectivement président de la commission et chargé de mission du rassemblement démocratique du peuple camerounais(Rdpc), pour le compte de l’élection du super maire de la ville de Douala, ont décidés de compétir, malheureusement bloqués par l’enveloppe fermée du comité central.
Quelles sont les raisons de ce choix porté sur quelqu’un qui n’a vraiment pas de lien avec la base, quelqu’un qui n’a jamais milité?
Nommé sénateur en 2013, Victor Roger Mbassa Ndine occupe pour la première fois de sa vie une fonction politique, mais nominative.
Serein et confiant, le nouveau conseiller municipal de Doual 5ème, compte sur ses amis haut placés et logés pour la plupart au comité central du Rdpc, pour briguer le poste de maire de la ville de Douala, coûte que vaille. C’est le candidat des «intellectuels», il n’a pas besoin d’être élu pour être super Maire de la ville de Douala, son CV parle de lui. Mais à vrai que dit la loi? Que le maire est élu par les conseillers municipaux.
(1) le collège électoral en vu de la désignation du maire de la ville est constitué de l’ensemble des conseillers municipaux des communes d’arrondissement composant la communauté urbaine ;
(2) la candidature d’un maire d’arrondissement aux fonctions de maire de la ville est possible. Celui-ci, en cas de vote favorable, est démis d’office de ses fonctions de maire de commune d’arrondissement.
Voilà qui donne raison à la machine électorale actuelle de Douala, Jean Jacques Lengue Malapa, puisqu’il s’agit de lui fait peur à tous les hommes politiques en panne de compétences. Le maire de Douala 1er est un entrepreneur politique expérimenté qui a l’assentiment de la majorité. Visiblement insensible aux intimidations des mandataires du comité central du parti de la flamme ardente, il n’est donc pas évident qu’il s’arrête tout près du but.
Lors du simulacre des primaires du Rdpc, organisées à la maison du parti de Bonanjo, les adjoints au maire ont également été désignés par les mandataires. Il s’agit entre autres de :
1er adjoint, Yobe Panphile
2ème adjoint, Roger Njitchoua
3ème adjoint, Nlend Angélique épseTouenguene
4ème adjoint, Adzogo Marie Dine
Toutes ces personnes suscitées ont été contesté par l’ensemble des conseillers municipaux qui ne demandent qu’à faire entendre leurs voix par la voie des urnes.
Vivement que ces derniers ne cèdent pas chantage et aux manigances des mandataires du comité central, qui ont fait recours à la hiérarchie pour imposer définitivement leurs hommes et femmes, au détriment de ceux préférés par la base, et naturellement par les grands électeurs. À l’analyse des manœuvres en cours, il y’a lieu de croire que les démons de l’immobilisme hanteront encore le parti de Paul Biya pour longtemps.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *