Afrique LA UNE Médias Société panorama 24 septembre 2020 (0) (84)

Cameroun > Marche du 22: Environ 10 journalistes arrêtés

Partager

L’opposition camerounaise a accusé mercredi le pouvoir d’avoir empêché par la “terreur” ses partisans de participer la veille à des “marches pacifiques” réclamant notamment le départ de l’inamovible président Paul Biya.

Mardi, en dehors d’un rassemblement de quelque 500 personnes dans la capitale économique Douala, rapidement et violemment dispersé par des forces de sécurité massivement déployées là comme dans toutes les grandes villes du pays, l’appel de sept partis d’opposition n’a mobilisé que très peu de monde, avaient constaté des journalistes de l’Afp, témoins cependant de dizaines d’arrestations.

Dans un communiqué mercredi, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc) de Maurice Kamto, le principal opposant à M. Biya, 87 ans et au pouvoir depuis près de 38 ans, a affirmé que 589 personnes ont été arrêtées dans tout le pays “avant et pendant” ces marches mardi, sans plus de détails.

Ce chiffre n’a pu être vérifié de sources indépendantes et les autorités camerounaises, sollicitées par l’Afp, n’avaient toujours pas répondu officiellement mercredi soir.

Aucune information ne fait état d’arrestations. Quelques individus ont été auditionnés parce qu’ils affichaient un comportement bizarre dans la rue”,

a cependant affirmé à l’Afp, sous couvert de l’anonymat, un haut responsable du ministère de la Communication.

Nos populations ont fait preuve d’un courage héroïque face à un déploiement sans précédent de la machine répressive du régime (…), laquelle a semé la terreur toute la semaine précédant les marches, causé des victimes innocentes, notamment de nombreux blessés, y compris par balles”,

ont écrit les sept partis d’opposition ayant appelé aux rassemblements de mardi, dont le Mrc.

Outre le déploiement massif de la police, la gendarmerie et de l’armée, le gouvernement avait averti qu’il traiterait “tout rassemblement” répondant à cet appel “insurrectionnel” en vertu d’une loi antiterroriste de 2014 et des règles de distanciations liées au coronavirus.

Ces mesures sont une tentative à peine voilée de se servir de la pandémie de Covid-19 et d’une loi antiterroriste draconienne comme prétextes pour supprimer le droit à la liberté de réunion”,

avait protesté lundi soir l’organisation internationale Human Rights Watch (Hrw).

Parmi les arrestations mardi figuraient au moins sept journalistes, dont les correspondants de Radio France Internationale (Rfi) et de l’Agence France-Presse (Afp), selon l’Ong internationale Commitee to Protect Journalists (Cpj). Le journaliste de Rfi, Polycarpe Essomba, a reçu de violents coups de matraque et de poings, ont déploré la radio française et le Cpj.

Trois des sept reporters étaient toujours en détention mercredi soir, selon le Cpj: Tah Mai Jarvis et Christian Tebong, de la télévision privée My Media Prime à Douala, ainsi que Lindovi Ndji, de La Nouvelle Expression, à Yaoundé. Le Cpj et Reporter Sans Frontières (Rdf) ont dénoncé les “violences policières” et des “agressions de journalistes” dans l’exercice de leur métier.

Arlette Akoumou Nga, Avec Afp


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *