LA UNE Opinion Politique panorama 24 septembre 2020 (0) (87)

Cameroun > Marche du 22: L’image du jour

Partager

Ce 22 septembre était une journée de tous les dangers pour le Cameroun ; le moins que l’on puisse en dire, c’est que les organisateurs des différentes marches ont réussi leur pari.

Quiconque connait les difficultés à affronter ce pouvoir prêt à tuer, en pareilles circonstances, sait à quel point ce qui s’est passé relève de l’exploit.

Peu importe le nombre des manifestants dans ces conditions et ils méritent tous qu’on leur délivre un « brevet » de courage pour avoir osé ce qui en 2008, a conduit de nombreux compatriotes au cimetière.

Ceux qui détestent Maurice Kamto sont dans leur droit : mais ils n’ont pas le droit de croire que son combat est vain car je puis vous assurer que dans mon domaine professionnel, c’est en agissant de la sorte que nous avons fait plier le pouvoir au point où il a de moins en moins les moyens de contrôler la parole des Camerounais.

Maurice Kamto risque de terminer son combat comme nous sous le leadership de Pius Njawe, puisque que nous n’avons pas profité matériellement dudit combat, notamment des « appuis communicationnels » de ministres pouvant spolier les caisses de l’Etat de 20 millions pour « acheter » des journalistes.

On peut, comme moi, refuser d’entrer dans le Mrc ou de faire partie de l’entourage du leader de l’opposition ; mais force est de reconnaitre que le travail abattu profitera demain à tous Camerounais. Qui ne souhaite voir des meetings de partis politiques ; des débats contradictoires non pollués par l’achat des consciences ; des élections libres et transparentes ? Quelles que soient les circonstances, on y arrivera demain à cause du travail abattu aujourd’hui.

Mais il y a quelque chose que je ne comprends pas, ou que je n’ai pas le niveau pour comprendre: comment le patron du Mrc peut-il se présenter en photo avec la « vipère politique » de la pire espèce qu’est Djeukam Tchameni à qui il a donné une vitrine politique, alors qu’il sait très bien que ce diablotin peut lui planter un couteau dans le dos à tout moment ?

Comment peut-il laisser Célestin Djamen utiliser le Mrc comme un véritable fonds de commerce lorsqu’on sait que ce dernier n’est d’aucun apport pour le rayonnement de son parti ?

Hier il y a eu Eric Kingué ; Célestin Bedzigui s’y est essayé…bientôt Roméo Dicka qui là aussi, s’il intègre le Mrc, viendra l’utiliser comme un véritable fonds de commerce afin de régler des comptes avec ses anciens complices ; complices avec lesquels il a utilisé tous les moyens pour la gloire du Chef de l’Etat en « volant » l’opposition.

Et cela, sans aucune conviction : juste parce que sa part de gombo a été confisquée par plus roublard que lui ? Le Mrc va-t-il devenir le dépotoir de tous les aigris du régime ? Un sas de recyclage pour toutes sortes d’aventuriers espérant améliorer leur ordinaire par des méthodes contestables ?

Pour en revenir aux manifestations de ce jour, l’image du jour ou plutôt les images que je retiens sont les suivantes : la première montre des membres de service de sécurité humiliant des manifestants dans des positions dégradantes ; les obligeant à chanter les louanges de Paul Biya. En voyant un des tortionnaires exprimer par un rictus son état d’hilarité face à leur exploit, je me suis dit que certains ressemblaient vraiment à l’homme du Cro-Magnon.

Je ne suis pas sûr qu’il rira demain, lorsque ces images inadmissibles le conduiront devant un jury populaire.

L’autre image est celle d’un septuagénaire (Albert Nzongang) gazé comme l’aurait fait l’armée d’Hitler, tout simplement parce qu’il marchait dans le but de montrer son mécontentement face à la gestion calamiteuse de notre pays.

Les soutiens de ce régime satanique sont–ils fiers par ce que le monde entier a vu ?

Savent-ils qu’à chaque manifestation, leurs méthodes vont pousser de plus en plus des mécontents à descendre dans la rue ?

Un jour, les Camerounais apprécieront la capacité de Paul Biya et de son entourage à sauver leur peau grâce à leurs « petites foulées “, devant une foule en colère.

Nous rirons alors comme l’homme du Cro-Magnon qui aujourd’hui, a imposé aux manifestants des chants à la gloire de Paul Biya.

Benjamin Zebaze.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *