LA UNE Opinion Politique panorama 16 septembre 2020 (0) (223)

Cameroun > Marche du Mrc: La révolution s’ebranle

Partager

La Coalition “Tournons la page Cameroun” invite à tourner la page du régime Biya. Au fil du temps, les rangs se resserrent à l’approche du 22 septembre.

L’on n’a pas encore fini de parler de la journée internationale de la démocratie. Hier(mardi, le 15 décembre 2020), la Coalition “Tournons la page- Cameroun” a saisi la balle au bond pour passer au scanner le processus de démocratisation. Trente ans après l’instauration du multipartisme au Cameroun, cet organe, né en 2015, passe en revue l’ensemble des principes libertaires institutionnalisés et débouche sur la thèse suivant laquelle le pays de Paul Biya est une dictature démocratique.

Dans la pratique, le Cameroun vit une démocratie confisquée qui hypothèque toute possibilité d’alternance démocratique. Aujourd’hui, tous les espoirs des Camerounais fondés sur les acquis non- négligeables sont en train de s’estomper y compris parmi les plus fervents alliés du système. La pratique quotidienne du processus de démocratisation se caractérise par la Constitution, qui est la loi fondamentale devenue un véritable instrument que le pouvoir tripote au gré de ses intérêts et des circonstances.

Les lois, en général, et celles relatives à la démocratie sont, systématiquement, violées. Les droits et les libertés fondamentales sont foulées aux pieds à cause du rétrécissement de l’espace citoyen. Trente ans après l’instauration du multipartisme, les élections ne constituent qu’une simple formalité, une véritable farce, l’alternance démocratique n’étant plus qu’une utopie.

La décentralisation, théorisée en 1996, n’est qu’un simple serpent de mer. Aujourd’hui, le chantre du régime en place concentre tous les pouvoirs. Il incarne, à la fois, les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Pendant que ce qui tient lieu d’opposition politque est englué dans des joutes politiciennes ayant fini par désespérer le peuple qui, en raison de la désaffection politique,a succombé à un fatalisme.

A la question de savoir si le Cameroun est une démocratie ou une dictature, la Coalition “Tournons la page Cameroun” dissèque tous les instruments internationaux ratifiés, qui concourent et encadrent la démocratie. Trente ans après, le Cameroun s’est, certes, doté d’un arsenal juridique et réglementaire en la matière, mais la pratique desdists instruments juridiques est totalement contraire et est à l’opposé des normes universelles.

Serge Aimé Bikoi, Journaliste. Sociologue du développement. Rédacteur en chef Panorama papers.

Quelle solution adoptée alors pour tourner la page sombre de la dictature camerounaise ? Au vu de ce qui précède, la Coalition “Tournons la page Cameroun” réitère que la solution à la situation actuelle du Cameroun repose sur le changement politique du système de gouvernance actuel, qui passe, nécessairement, par une transition démocratique, elle-même, adossée sur un dialogue national inclusif.

Serge Aimé Bikoi


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *