Afrique LA UNE Politique panorama 25 août 2020 (0) (165)

Cameroun > Maurice Kamto: “J’appelle au départ pur et simple de Paul Biya si…”

Partager

Au cours de la conférence de presse d’hier au siège de son parti à Odza à Yaoundé, le leader du Mrc a clairement dit qu’il va le faire si le pouvoir lance une nouvelle élection sans avoir satisfait aux deux préalables que sont la résolution de la crise anglophone et la réforme consensuelle du système électoral.

J’annonce que toute convocation du corps électoral par le gouvernement illégal et illégitime de Yaoundé, avant la prise en compte et une mise en application effective des deux exigences, emportera automatiquement le lancement d’une gigantesque campagne nationale d’appel au départ pur au simple de Paul Biya du pouvoir, sans qu’il y ait besoin d’attendre une nouvelle communication à cet égard”,

a prévenu un Maurice Kamto très offensif et pugnace dans sa Déclaration.

Dans la foulée, il a tenu à préciser que le combat face à “la dictature en place” s’achemine vers sa phase critique. Sachez, a-t-il poursuivi, que malgré le caractère essentiellement pacifique de notre lutte pour la liberté et le développement de notre pays, le régime va, une fois de plus recourir à la terreur et à la barbarie judiciaire.

Le peuple camerounais n’entend plus être l’otage d’un homme et de son régime. M. Paul Biya ne voit dans le pouvoir qu’une aubaine lui permettant de s’occuper de sa propre personne et une cohorte d’obligés sans foi ni loi”,

a-t-il lancé au pouvoir comme pour prévenir d’un changement de mentalité des Camerounais.

Par ailleurs, dans un ton ferme et solennel, le leader du Mrc a rappelé à ses compatriotes que dans son appel à la mobilisation générale et à la vigilance du 1er juin 2020, il les invitait à se tenir prêts,

pour qu’ensemble et pacifiquement nous disions non au régime illégal et illégitime de M. Paul Biya, si jamais le processus conduisant au scrutant régional était lancé sans la réunion préalable des deux exigences suivantes : – la résolution de la crise anglophone par la mise en place d’un cessez-le-feu et l’ouverture d’un vrai dialogue politique national inclusif ; la réforme consensuelle du système électoral actuel dont tout le monde reconnaît désormais qu’il garantit les fraudes électorales massives conduisant à la désignation des dirigeants illégitimes, et constitue dès lors la principale cause des tensions électorales et des crises post-électorales dans notre pays”.

Il a opportunément indiqué du reste que sa communication portait sur

l’appel à la résistance pacifique résolue du peuple camerounais contre la forfaiture électorale en préparation et au départ pur et simple de Monsieur Paul Biya au pouvoir en cas de sa réalisation”.

Maurice Kamto à l’armée : “C’est notre devoir commun”

Maurice Kamto a également interpellé les Forces de Défense et de sécurité et les autorités administratives et judiciaires pour qu’elles comprennent que

Cette lutte oppose les défenseurs des libertés fondamentales, de l’Etat de droit, du progrès collectif et de la démocratie à un régime obscurantiste, corrompu et incompétent qui méprise le peuple souverain”,

n’est pas engagée contre elles, ni contre aucun citoyen camerounais épris de justice et soucieux de l’avenir de notre pays et de sa jeunesse qui désespère.

C’est notre devoir commun, le vôtre comme le nôtre, de donner à cette jeunesse une chance, et d’assurer le Cameroun au rayonnement international qu’il mérite”,

a indiqué celui qui jure à ses partisans qu’il ne les trahira jamais.

Il est allé plus loin en rappelant que le devoir patriotique appelle tout le monde et que nul ne devra manquer à cet appel. Il a en outre appelé tout le monde à faire preuve de détermination et de courage, de discipline, de responsabilité et de solidarité dans

cette dernière phase de combat pour la démocratie, le respect de la dignité humaine et le progrès partagé”.

En outre, il a réitéré que

nous, nous voulons nous sortir de cette dictature du régime qui étouffe notre pays par la lutte pacifique, comme pour mettre en lumière ses intentions pacifistes.”

Dans cette lutte décisive, la violence ne pourrait donc être que le fait de M. Paul Biya et de son régime, enchaîne-t-il, avant d’indiquer

qu’ils en porteraient l’entière responsabilité”.

Il a terminé en demandant aux Camerounais de l’intérieur comme de la diaspora de se tenir prêts, de ne plus accepter d’être l’objet de moqueries des autres africains.

Si l’heure est arrivée, alors elle est arrivée”

lance-t-il avant d’appeler Dieu à bénir le Cameroun.

Léopold DASSI NDJIDJOU


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *