Afrique LA UNE Société panorama 15 juillet 2020 (0) (25)

Cameroun > Mindef: Le journaliste Kingsley attrait le colonel Cyrille Atonfack à la barre

Partager

La nouvelle a été rendue publique hier au cours d’un point de presse organisé par le Conseil du journaliste. Il est reproché au patron de la communication du ministère de la Défense (Mindef) d’avoir violé les droits de ce dernier au cours de l’émission “Vérité en face” du 5 juillet dernier à Équinoxe télévision.

“Je considère la déclaration du colonel Atonfack comme criminelle parce qu’il a mis en cause mon mon caractère en se livrant de manière flagrante à des commentaires tendancieux, à la diffamation, à la propagande du secret de l’enquête policière, à la profanation, au manquement à la confiance des professionnels et surtout mettre ma personne dans la gueule du groupe armé séparatistes”,

sont les différents chefs d’accusation du journaliste Kingsley Formunyuy Njoka, actuellement détenu à la prison centrale de Kondengui.

Par ailleurs, en saisissant le Commissaire du gouvernement près le tribunal militaire de Yaoundé par une plainte en date du 13 juillet dernier, il sollicite auprès du représentant de la partie publique d’utiliser sa haute fonction pour enquêter sur le patron de la Division de la communication à la lumière des articles pertinents du Code de la procédure pénale (8(1),(2); 9(1) et 10 (1),(2),(3),(4) et du Code pénal (169, 170 et 305). 

Kingsley clame son innocence

” A ma connaissance, trois ordinateurs ont été saisis dans ma maison et mon bureau, ainsi que deux téléphones et une liste d’autres articles et un appareil flash. Mes avocats ont demandé et récupéré et trois ordinateurs et autres articles, sauf pour mon téléphone Android et la carte mémoire qui a été scellée pour preuve devant le tribunal. Lesdits objets ont été soigneusement fouillés par les experts du Centre de recherche militaire et ceux du service du Sed et rien n’a été trouvé contre ma personne”,

a-t-il invoqué dans sa plainte, convaincu de son innocence.

Seulement, le procès suit son cours et le croisement des faits devant le tribunal militaire fera toute la lumière pour la manifestation de la vérité. Après la mort de Samuel Wazizi, le cas de cet autre journaliste anglophone cristallise toutes les attentions. Pour l’heure, du côté du Mindef, une source a exprimé sa surprise mais a surtout dit toute la sérénité qui anime le service. 

Léopold DASSI NDJIDJOU


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *