LA UNE Opinion Politique panorama 18 mai 2020 (0) (126)

Cameroun > Mort des quadruplés à l’Hôpital Central de Yaoundé: Entre crime et complicité

Partager

Ce qui apparaissait comme une rumeur se confirme quand le Dr Félix Essiben, chef adjoint du service de maternité confirme que mademoiselle Ntsama a accouché dans les bonnes conditions. « Mais, faute de couveuses, les nouveau-nés n’ont pu survivre », dira-t-il. Confondant ainsi le Ministre de la Santé Publique qui n’a pas daigné reconnaitre le drame dans le tweet où il parlait plutôt de la libération la jeune Ntsama, à qui on réclamait le payement une facture de 54 000 Fcfa, tout en restant muet sur le sort des bébés qui ont péri faute de couveuses.

Faute médicale et crime

Ainsi donc, l’Hôpital Central de Yaoundé connait une insuffisance de couveuses. Conscient de cette situation, on permet quand même à une femme d’accoucher, sachant qu’il n’y aura pas de couveuse disponible pour accueillir les bébés. Plus qu’une négligence médicale, ceci est un crime. Si déjà, en plein Yaoundé on vit ce genre de drame, qu’en est-il des régions ? Combien de femmes vont encore subir cela ? Combien de bébés innocents vont suivre le sort des quadruplés ? En tant que mère, je peux imaginer la douleur et surtout le traumatisme d’Anne Christelle. Elle devra bénéficier de toute l’assistance adéquate afin de surmonter ce drame. J’adresse en mon nom et au nom du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), mes condoléances les plus attristées à Anne Christelle et à ses proches
.
Négligence de la recherche et innonvation
Une fois de plus, quatre bébés morts du fait de l’absence de couveuse. Quatre innocents qui paient ainsi le prix fort du manque d’équipement médical adéquat dans notre pays. Un drame de plus, après la mort de quatre nouveau-nés à Bafoussam en Août 2019, dû au mauvais état des couveuses et à la négligence du personnel de l’Hôpital Régional de Bafoussam (Ouest). Le « ministre-tweeteur » a déjà oublié que, suite à ce drame, il avait promis une enquête aux Camerounais. Son silence sur ces crimes répétitifs traduit une incompétence criarde et une complicité manifeste.
Comment est-il possible que des enfants puissent encore mourir au 21e siècle, par manque de couveuse ? Est-ce le manque d’argent, de projet ou de volonté ? Comment comprendre, quand on sait qu’un jeune camerounais, Serge Armel Njidjou, a inventé une couveuse 100 % camerounaise en 2019. Et qu’un an plus tard Mouaffo Stephen, étudiant à I’Université des Montagnes (UDM), inventait la première couveuse solaire made in Cameroun. Toutes ces inventions ont reçu des prix et ont été célébrées par ce gouvernement prêt à faire de la récupération au lieu de favoriser l’émergence de l’innovation scientifique de nos chercheurs. A quoi sert le ministère de la Recherche si on ne peut insérer dans notre quotidien les découvertes de nos jeunes chercheurs ?

Système de santé catastrophique

Le drame de l’Hôpital Central de Yaoundé étale au grand jour l’état réel du système de santé et la place misérable que la santé occupe dans la politique de développement de ce régime illégitime.

Tiriane Noah, Vice Présidente du Mrc

Les femmes sont, hélas, les grandes victimes de cet échec de M. Biya. Quand le président élu Maurice Kamto annonçait qu’une fois à la tête de notre pays, il rendrait la césarienne gratuite, c’était pour répondre à l’un des malheurs qui touchent les femmes et qui montrent une autre facette de la déliquescence de notre système de santé. Le drame du Covid 19 et sa gestion catastrophique sont encore une preuve que le système de santé du Cameroun est à repenser. Une urgence. Les Camerounais sont abandonnés à eux-mêmes. Il ne fait plus de doute que les silences sont un aveu d’impuissance
Que Dieu protège les Camerounais et bénisse le Cameroun !


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *