Afrique LA UNE Politique panorama 18 août 2020 (0) (249)

Cameroun > Mrc: Maurice Kamto renforce les organes de son parti

Partager

C’est par deux Décisions respectivement des 17 et 18 août derniers que le leader du parti de la renaissance a enteriné cet état des choses.

En ce qui concerne le premier acte administratif du parti, il désigne, le Comité des sages du Mrc. On apprend de ce fait qu’ils sont au nombre de sept, dont six hommes et une femme. Cette dernière s’appelle Matchuendem Samiratou. Elle va siéger en compagnie de Ben Bappa Hamadou, précdemment conseiller spécial du Mrc; Souob Lazarre, ancien député à l’Assemblée nationale, précedemment secrétaire de la

Fédération départemenatale de Douala 3; Mubun Ntam James, ancien député à l’Assemblée nationale; Fengyep René et Margna Jean, précedemment secretaire régional de l’Extrême-Nord. Il va sans dire que la Décision précise que

La liste peut être modifiée et/ou complétée en tant que de besoin “. Il est aussi indiqué que “le Directoire du parti a été dûment consulté”. 

Les coonseillers spéciaux de Maurice Kamto

Sont nommées conseillers spéciaux du président national du Mrc, les personnes dont les noms suivent”,

précise d’entrée de jeu la Décision rendue hier par l’homme de droit.

On retient que Sa Majetsté Biloa Effa, récemment destitué par Atanga Nji, figure en tête de liste. Il y a aussi Dzongang Albert, un autre proche de Maurice Kamto. Viennent ensuite, Ambang Martin, précedemment président de la Commission nationale de la médiation et d’arbitrage. Lipot Sosthène Médard, précedemment conseiller et secrétaire national chargé de la communication. Koupra Djijatou et Samba Epape Jean-Paul, précedemment secrétaire national chargé des Camerounais de la Diaspora. 

C’est là une curiosité pour ce parti et son leader qu’une frange de l’opinion pense qu’ils sont à jamais à la touche des institutions répubicaines. Ces deux Décisions sont-elles la préfguration d’un ajustement pour mieux amorcer sa pérégrination à travers le long désert? Il est  difficile de le dire au moment où cette famille politique déclare qu’elle n’acceptera pas que se tienne une élection au Cameroun sans une révision consensuelle du système électoral et la fin de la guerre dans les deux régions anglophones du pays. Au moment où les élections régionales se préparent activement après les législatives et municipales du 9 fevrier, on peut se demander quelle est la stratégie mise en place par Maurice Kamto et les siens pour empêcher au pouvoir de dérouler son programme. Le temps nous le dira sous peu. 
Léopold DASSI NDJIDJOU


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *