Afrique LA UNE Société panorama 31 août 2020 (0) (140)

Cameroun > Prise de pouvoir : L’armée ne sera jamais du côté de Maurice Kamto

Partager

Dans sa dernière publication sur Facebook, le Colonel Didier Badjeck affirme que les militaires ne sont pas dupes pour répondre aux appels de quelques illusionnistes qui pensent qu’une révolution se fait au gré d’élucubrations égoïstes.

De l’avis de l’ancien porte-parole de l’armée camerounaise, pour ceux qui prennent l’exemple du Mali pour prophétiser ses parallèles au Cameroun, il y aurait lieu de relever que l’expérience a montré qu’aucun stéréotype géopolitique ou géostratégique n’est applicable à ce pays ; un pays spécifiquement unique. “Le Cameroun c’est le Cameroun” comme dit l’adage.

Au-delà de cette évasion populaire, des marqueurs solides étayent l’originalité camerounaise.
L’armée est un marqueur institutionnel fort. Celle que certains invitent à se politiser, ou à rentrer dans le club des armées anticonstitutionnelles d’Afrique, de triste réputation, n’existe pas au Cameroun.

L’armée camerounaise a fait ses preuves dans un registre plutôt républicain et professionnel. Puisque l’exemple du Mali semble être la source d’inspiration de ceux qui promettent de bâtir le Cameroun prospère de demain, cette perspective semble manquer objectivement d’ambition, au regard du kaléidoscope sécuritaire et sociopolitique de ce pays.

Selon le Colonel Badjeck, la République est sacrée, les hommes qui la servent n’en sont qu’en les utilitaires. Mais attention, la raison devrait faire réfléchir. Aussi, il faut laisser les militaires à leur tâche républicaine, et Dieu seul sait qu’ils sont sollicités en ce moment où ils ont plutôt besoin de la solidarité de la nation pour surmonter les défis sécuritaires.
Antoine Bivana


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *