Afrique LA UNE Santé panorama 1 juin 2020 (0) (237)

Cameroun > Reprise des classes: La Covid-19 passe en revue les écoliers

Partager

A la moindre faille, il sera sans pitié. La guerre contre ce mal invisible va se jouer sur tous les fronts. Dans les domiciles, chaque parent va s’assurer que son rejeton prenne le chemin de l’école muni au moins d’un masque et d’une solution de gel hydro-alcoolique. Ce n’est pas tout. Il leur revient aussi de remettre le goûter, les boissons.

C’est une obligation pour minimiser le risque de contamination à l’école avec bon espoir que les mesures de distanciation physiques seront bel et bien respectées. Aucun parent d’élève n’a la mémoire courte. Nos enfants qui partent à l’école à partir de ce matin peuvent être pour nous comme des grenades dégoupillées, qui vont nous exploser en plein visage s’ils transportent le virus à domicile. Personne ne l’ignore, plus on est âgé, mieux on est exposé aux affres de ce diablotin à cause du système immunitaire qui se relâche avec le temps. Chaque parent de toute évidence aura les nerfs à fleur de la peau à chaque fois que les rejetons rentreront de leur randonnée quotidienne de la quête du savoir.

Pour parer au plus pressé, il est donc important en ce moment difficile de prescrire aux enfants de mettre un terme à la promiscuité somme toute normale des rapprochements physiques, surtout aux heures de pause. Ne l’oublions pas, en ces moments de la rentrée, la Covid-19 invite chaque élève et étudiant à être particulièrement égoïste et individualiste. Il n’y a rien qui doit se partager, si oui le silence salvateur qu’impose le port des masques. C’est vraiment du chacun pour soi et Dieu pour tous.

Le port du masque sauveur
Dans ce que nous appelons passage en revue des écoliers, faisons un débriefing sur les différentes probabilités d’un sujet saint d’être contaminé dans quatre cas de figures. On retient avant toute chose qu’il n’y a pas de risque zéro. En premier lieu, si un sujet saint qui ne porte pas le masque se retrouve en contact avec un sujet contaminé qui ne porte pas lui aussi de masque, il a 90% de chance qu’il attrape le virus. En deuxième lieu, si le sujet saint portant le masque se retrouve au contact d’un sujet contaminé qui ne porte pas de masque, il a 70% de chance d’être infecté.

Au troisième cas de figure, si un sujet saint sans masque se retrouve en contact avec un sujet contaminé qui porte le masque, il a 5% de chance d’être contaminé. Enfin, si le sujet saint et le sujet contaminé portent des masques, au contact le sujet saint a 1,5% de chance d’être contaminé. A l’évidence, le masque barrière joue un rôle capital dans la limitation de ce virus mortel. Il est donc indiqué que son port soit obligatoire à l’école comme dans la rue. Avis : le Covid-19 passe la jeunesse en revue.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *