Home Société Afrique Cameroun > Résolution 1325 de l’Onu: La société civile revoit sa copie pour le 2ème Plan d’action national.
Afrique - 20 janvier 2021

Cameroun > Résolution 1325 de l’Onu: La société civile revoit sa copie pour le 2ème Plan d’action national.

Un atelier d’une trentaine d’organisations de la société civile (Osc) s’est tenu à cet effet sous les auspices de Wilpf-Cameroun ce mercredi 20 janvier 2021 à Yaoundé.

Plus de 30 acteurs de la société civile des régions du Centre, du Nord-Ouest, du Sud et de l’Est partagent leurs expériences relatives au Plan d’action national (Pan) pour la mise en œuvre au Cameroun de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité (Cs) des Nations Unies. Le deuxième Plan ira jusqu’en 2023. Parvenu à son terme en décembre 2020, le premier Plan d’action national triennal commencé en 2017, soit 17 ans après l’adoption de la Résolution 1325 en l’an 2000 par le Conseil de sécurité de l’Onu, a montré toutes ses limites et insuffisances.

« En ce qui concerne le bilan du tout premier Plan du Cameroun, il faut le saluer déjà parce que c’était une initiative nouvelle, mais il a péché par la faiblesse de son mécanisme de mise en œuvre. En réalité le mécanisme de communication et de suivi-évaluation n’a pas été très opérationnel. Les acteurs sur le terrain ont souhaité véritablement contribuer mais cela n’était pas très clair. Nous souhaitons qu’avec le nouveau Plan, que le mécanisme « Comment les gens peuvent contribuer à partir de leurs localités respectifs ? », soit clair.

Les gens doivent savoir comment contribuer à ce Plan d’action national », soupire avec une once de peine  Sylvie Jacqueline Ndongmo, la présidente de Wilpf-Cameroon. Déterminés de corriger les manquements du premier Pan, les acteurs de la société civile, « acteurs clés du processus d’adoption et de mise en œuvre », ont décidé de procéder à son évaluation afin de mieux contribuer à sa révision, tout en proposant des corrections aux manquements initialement constatés au cours du processus de son adoption. Il faut dire que le processus du Pan est gouvernemental mais dans tous les pays du monde, la société civile a fortement contribué à l’accompagner dans ce sens-là.

De manière concrète, la Résolution 1325, c’est la Résolution sur Femmes paix et sécurité, qui demande que les femmes prennent part, participent dans tout le processus de paix, avant, pendant et après les conflits. Et sa mise en œuvre est faite à partir des Plans d’actions nationaux.

« Le Cameroun est dans la phase de revue de son Plan d’action national, pour tenir en compte les réalités sécuritaires du Cameroun, pour tenir en compte les faiblesses du plan précédent, afin de mieux envisager le Plan d’action pour les trois prochaines années »,

confie la présidente de Wilpf-Cameroon.   

Retour à la base, sur le terrain, vers la population

« Les mécanismes en trois phases de coordination, de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre du Pan arrivé à échéance (le comité de pilotage et d’orientation, l’unité nationale de coordination technique de la Résolution 1325, et les unités régionales, départementales et d’arrondissement) ont été invisibles et inefficaces »,

dresse-t-on comme bilan sans complaisance du côté de Wilpf-Cameroon.

Pour parer à ces insuffisances, les organisateurs de l’atelier à l’entame de la rencontre, signifiaient déjà qu’ils sont réunis en tant qu’acteurs de la société civile pour faire le tour des dix régions, pour remonter les contributions des différents acteurs de la société civile qui font un travail de terrain. « Si vous voulez avoir des informations de terrain, de la base, il faut passer par les Osc. Elles sont ici pour contribuer à l’élaboration du plan du Plan d’action national en termes de contenues, en faisant remonter les voix des personnes qu’elles servent à la base, qui sont les populations », lance Sylvie Jacqueline Ndongmo, toute optimiste de l’issue des travaux.

Par ailleurs, il est indiqué qu’au bout de ce processus, La société civile va produire  un document qui va s’appeler « Contributions de la société civile pour l’élaboration du Plan national deuxième génération de la Résolution 1325 au Conseil de sécurité des Nations Unies ». Pour ce faire, trois ateliers de consultations vont se tenir. Le but visé sera de faire remonter les contributions des organisations locales dans les arrondissements, dans les départements.  Toujours pour rendre la montée des informations plus fluides, un formulaire est disponible en ligne, permettant à ceux à ceux qui ne sont pas là, physiquement disponibles de pouvoir contribuer.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Décès de Patrick Ekeng: Le médecin roumain écope de 15 ans de prison

La compagnie d’assurance ayant couvert le match au cours duquel Ekeng a expiré, doit verse…