Afrique LA UNE Politique panorama 16 septembre 2020 (0) (67)

Cameroun > Roublardise: Shanda Tonme qualifie Paul Biya de loyal 

Partager

Le leader du Mouvement Populaire pour le Dialogue et la Réconciliation (MPDR) s’est prononcé dans une tribune publiée ce 16 septembre 2020.

De l’avis du Professeur Shanda Tonme, le Président de la République n’est certes pas parfait, mais les Camerounais doivent reconnaître son caractère honnête, intègre et loyal dans le genre de haut commis de l’Etat et de citoyen responsable et réservé qu’il a été et demeure.

Les Camerounais doivent assumer collectivement le destin d’hier et celui d’aujourd’hui, pour mieux concevoir et préparer celui de demain.
Le chef du Mpdr semble se constituer en avocat du locataire du Palais de l’Unité quand il déclare :

Peut-être que c’est le genre de peuple que nous sommes qui est encore plus le problème de notre pays, que le genre de personne et de président qu’il est. Chacun devrait aller méditer intérieurement et interroger profondément sa conscience. Dites-moi donc qu’en tant que président, il y a des choses à lui reprocher, un bilan à ausculter et à débattre, et là, je dirai oui, mais pas dans le ton, les méthodes, les affirmations et les invectives que certains déversent à longueur de journée dans les réseaux sociaux.”

Selon Shanda Tonme, le premier président du pays (Ahmadou Ahidjo), visionnaire, conservateur et homme d’Etat d’exception qu’il fut, a peut-être épargné le peuple camerounais de moult drames en portant son choix sur Paul Biya. Le magistrat poursuit en disant :

Il ne nous appartient pas de sonder le destin rétrospectivement ni d’interroger les choix du seigneur, mais croisons les doigts en signe d’acclamation pour ce qui est, et ce qui se présente. Nous sommes du reste individuellement et collectivement responsables de l’état des lieux de notre pays, que nous soyons sur place ou expatriés. Le petit doigt en l’air en signe de virginité est impossible.”

Shanda Tonme invite les Camerounais à se donner la main, se rassembler, s’unir pour débattre dans la convivialité et travailler pour des lendemains meilleurs, sans toutefois déployer ni développer des instincts inutiles de confrontations.
Antoine Bivana


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *