LA UNE Opinion Politique panorama 12 octobre 2020 (0) (105)

Cameroun > Sdf: Opposition de convenance et d’accompagnement?

Partager

Dans une lettre ouverte adressée à ses camarades du Social Democratic Front (Sdf) le 07 octobre 2020, le député Jean Michel Nitcheu affirme notamment que “l’opposition de convenance et d’accompagnement” du pouvoir fait beaucoup de mal au parti en termes d’image.

Cette stratégie adoptée par la formation politique depuis plusieurs années maintenant, s’est révélée au finish inefficace et contre-productive.
Depuis particulièrement l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 à laquelle le candidat du parti, le député Joshua Osih n’est arrivé qu’en 04ème position avec moins de 05% de suffrages, la voix du Sdf est devenue “pratiquement inaudible” sur la scène politique, constate encore Jean Michel Nitcheu.
Le député, l’un des cinq (05) que compte la formation politique à l’Assemblée Nationale, le plus faible nombre obtenu depuis sa première participation aux élections législatives en 1997,suggère à ses camarades de

reprendre les manifestations pacifiques de rue pour la revendication et la défense des droits fondamentaux du citoyen ainsi que sur les grands sujets d’actualité.

Cette recette a fait la force du Sdf dès sa création le 26 mai 1990 à Bamenda et les premières années de son existence sous la houlette de son emblématique et inamovible leader, John Fru Ndi.
A défaut de voir le parti prendre des initiatives, Jean Michel Nitcheu souhaite au moins que le SDF s’associe à toutes celles qui tendent

à libérer le peuple Camerounais de la dictature de Paul Biya.”

S’il peut mettre à son niveau ses propositions en application notamment dans le Littoral où il est le Président régional du parti, ou simplement en tant que député, conduire ses partisans dans la direction qu’il a indiqué, il n’est à priori pas évident pour Jean Michel Nitcheu de rallier à son idée les principaux cadres du Sdf.
Ils sont en effet nombreux à jouir des privilèges du fait de leurs positions au sein des institutions et ils ne sont par conséquent pas prêts à renoncer à leurs avantages.

Leur silence autant sur la sortie de Jean Michel Nitcheu que sur de nombreux autres sujets brûlants d’actualité, en est une parfaite illustration.

Et pourtant le Sdf, principal parti politique de l’opposition pendant près de trois (03) décennies se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins et ne peut donc se permettre de continuer à fonctionner comme ces dernières années au risque de rester définitivement l’ombre de lui-même.
Après l’échec de la présidentielle d’octobre 2018, le parti a entrepris de faire une autocritique afin de pouvoir rebondir, au cours d’une rencontre à Kribi. Mais visiblement rien de concret n’a été implémenté au regard de ses résultats tout aussi catastrophiques lors du double scrutin législatif et municipal du 09 février 2020.

Éric Boniface Tchoukeu, Journaliste éditorialiste. Chef de Chaîne Radio Siantou. Conseiller Editorial et founding father panorama papers

Peut-être que l’état peu reluisant dans lequel se trouve le Sdf s’explique aussi par l’absence prolongée du Cameroun de son Président National, John Fru Ndi, 79 ans.
Après près d’un an d’exil médical aux Etats-Unis, pas sûr que son prochain retour au Cameroun annoncé en fin octobre, puisse éviter à son parti l’un de ses plus grands schismes qui semble se profiler à l’horizon
.

Éric Boniface Tchoukeu


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *