Afrique Economie LA UNE panorama 13 octobre 2020 (0) (230)

Cameroun > Taxe sur les cellulaires et tablettes: Ce que vous payerez dès le 15 octobre 2020!

Partager

Dans deux jours, les utilisateurs de nouveaux terminaux numériques, à l’instar du téléphone portable et des tablettes numériques, vont payer des droits de douane, qui vont de 3000 à 200.000 Fcfa.

Selon la gamme du téléphone, l’on en sait, un peu plus, sur le nouveau mode de payement du droit d’accises sur les communications électroniques mobiles et les services internet au Cameroun. Taxe, du reste, en vigueur depuis 2016.

Ainsi que le martèlent les autorités, “il ne s’agit pas d’un nouvel impôt”, mais d’une nouvelle manière de payer ce droit d’accises, le but étant de lutter contre les importations sans déclarations et la contrebande. Dès le 15 octobre 2020, les valeurs imposables de téléphone à l’importation sont de 3000 Fcfa pour le téléphone bas de gamme et 10.000 Fcfa le moyen de gamme. 15.000 Fcfa seront imposables pour les téléphones multimédias bas de gamme et 25.000 le haut de gamme.

Pour les Smartphones, l’utilisateur d’un nouveau téléphone va payer 25.000 Fcfa pour le bas de gamme, 75.000 Fcfa pour le moyen de gamme, 100.000 Fcfa pour le haut de gamme et 200.000 Fcfa pour le super de gamme. Ces payements sont faits dès l’activation de la puce dans un nouveau téléphone. La plateforme d’Arintech, partenaire du gouvernement dans ce nouveau processus, recevra un message de l’opérateur, qui va lui indiquer ce que lui coûteront les frais de douane de son téléphone. Le payement de la taxe de dédouanement peut se faire une fois ou de façon échelonnée selon le choix de l’utilisateur. Il est à noter, à toutes fins utiles, que les revendeurs de téléphones sont tenus d’indiquer, lors de la vente, si le téléphone a déjà été dédouané ou non.

Avant son entrée en vigueur, cette mesure suscite, d’ores et déjà, des inquiétudes auprès des consommateurs. Ceux-ci ne comprennent pas pourquoi ils doivent payer une taxe à la place du commerçant ou de l’importateur. Plusieurs questions sont formulées au sein de l’opinion publique :
*** Comment s’est opérée la procédure de création de la plateforme de cette opération de collecte confiée à l’entreprise Arintech?
*** En application de cette disposition douanière, que fera-t-on si du fait des innovations technologiques, un consommateur achète un téléphone ou une tablette numérique à un prix en vigueur sur le marché qui s’est déprécié par rapport au prix de sortie usine?
*** Comment va-t-on harmoniser le prix sortie usine depuis un ou deux ans qui s’est, par la suite, déprécié, le prix sur le marché et la mercuriale en vigueur à la douane ?
*** L’Etat camerounais ne fait-il pas endosser un lourd tribut aux consommateurs en créant ces nouvelles niches fiscales ?
Des questions qui nécessitent des réponses auprès des spécialistes en charge de la législation de la douane camerounaise.

Serge Aimé Bikoi


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *