Afrique LA UNE Société panorama 24 mai 2020 (0) (133)

Cameroun > Unité nationale: Penda Ekoka dénonce l’injustice

Partager

La pandémie du coronavirus fait des ravages au quotidien. Au Cameroun, selon le ministère de la Santé publique, le nombre de décès est déjà à 192. Alors que certains concitoyens ont décidé de prendre des initiatives pour voler au secours des nécessiteux, le régime en place, par le truchement des agents de sécurité publique, ne permet pas que ces actions s’accomplissent.

Après l’arrestation et la libération de 6 bénévoles de l’initiative Survie-Cameroon-Survival-Initiative (Scsi) au marché Mokolo à Yaoundé, la police a récidivé mais cette fois, à Sangmélima. C’est pour cette raison que dans un communiqué signé du président du comité de gestion de Scsi, Christian Penda Ekoka, il informe l’opinion publique nationale et internationale que trois de ses bénévoles qui distribuaient gratuitement et pacifiquement des masques barrières et des gels hydro alcooliques aux populations de la ville de Sangmelima, le samedi 23 mai 2020, ont été arbitrairement arrêtés et sont actuellement fermés dans les cellules du commissariat central de cette localité.

Le président du management committee de Scsi proteste énergiquement contre ”cette barbarie policière en rupture avec le discours officiel entendu le 19 mai 2020 sur l’union nationale dans la lutte contre le covid19”. Par ailleurs, il rappelle que ses six bénévoles arbitrairement arrêtés sur le marché de Mokolo à Yaoundé puis enfermés dans les cellules du commissariat de police N°2 avant d’être deférés au parquet ont certes été libérés sous garants après plusieurs jours de détention, mais ils sont toujours sous la menace de poursuites absurdes.

Bien plus, il souligne que deux autres bénévoles arrētės le 14 mai 2020 alors qu’ils filmaient le départ de leurs camarades entités et placés en cellule du commissariat vers le parquet doivent encore comparaitre devant le procureur de la République mardi 26 mai. Pour l’économiste, l’unique crime de tous ces jeunes bénévoles humanitaires est d’avoir porté secours à leurs compatriotes confrontés au Covid-19. A cet égard, il trouve immoral l’arrestation des jeunes bénévoles qui donnent de leur temps pour distribuer les produits barrières à leurs compatriotes.

Car les statistiques officielles indiquent une évolution très preoccupante de cette pandémie dans notre pays en trois semaines, du 1er au 21 mai, le nombre de contaminés a plus que doublé, passant de moins de 2000 à 4272: du 21 au 23 mai, le croit journalier de cas positifs était respectivement de 528 et 700. La comparaison par pays, réalisée par l’université américaine Johns Hopkins University, classe le Cameroun en tête de peloton de cette dynamique négative. Toute chose qui pousse à penser que le discours du président de la République du 19 mai, appelant à l’union sacrée, est tombée dans les oreilles des sourds.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *