LA UNE Opinion Politique panorama 24 avril 2020 (0) (843)

Cameroun > Universités: Retour sur les récentes nominations de Paul Biya.

Partager

Comme d’habitude, il a promu l’essentiel de ses laudateurs.
Je suis particulièrement écœuré de constater que de jeunes compatriotes, comme de moins jeunes, ont pour seule réaction quand on émet des critiques sur une telle façon de faire: “tu es jaloux”; “on l’a nommé et toi pas”.
Je ne sais pas si on se rend compte qu’on est entrain de détruire l’avenir de notre jeunesse: dans tout pays, on peut s’amuser avec tout, pas avec la formation des citoyens.
Je vais prendre mon exemple personnel pour illustrer mon propos. J’arrive à l’université de Yaoundé en 1982, date à laquelle Paul Biya accède au pouvoir; mais j’ai une préinscription à l’université de Bordeaux.
A la fin d’année, je suis convaincu qu’à Bordeaux, je vais reprendre ma 1ere année. Grande est ma surprise lorsqu’on me demande juste mon relevé de notes pour m’inscrire en 2nde année directement. Une telle chose est elle encore possible aujourd’hui ? NON.
Pourquoi ?
A époque, les diplômes camerounais sont réputés sans équivalent en Afrique noire francophone. Tous les Camerounais qui arrivent en Europe excellent dans tous les domaines.
Moins de 4 années après l’arrivée de Paul Biya au pouvoir, nous sommes surpris de constater que lorsque vous arrivez en France avec une licence, on vous oblige à refaire une année de licence.
Lorsque j’arrive à Bordeaux, en regardant mon relevé de notes, l’administration a confiance en ma formation quand elle voit que j’ai pour enseignants Stanislas Melone, Joseph Owona…
Et le professeur Stanislas Meloné est d’ailleurs enseignant en Doctorat à l’université de Bordeaux où il enseigne le “Droit pénal comparé”.
Aujourd’hui, les gens vont lire sur le relevé des notes d’un étudiant le nom du “professeur Mathias Owona Nguini” : il vont fouiller ce nom parmi la liste des professeurs agrégés des Universités françaises; des titulaires du Cames et vont se heurter à un vide sidéral.
S’ils font une recherche sur google, ils auront du mal à ne pas croire avoir à faire à un plaisantin.
Avec ça, comment voulez vous être respecté ? Que vos diplômes le soient ?
Que valent les médecins, les pharmaciens…qu’on forme dans ce pays ?
Certains vont me dire qu’ils se fichent de ce que les “blancs” pensent de nos diplômes. Mais un scientifique n’est rien si son savoir n’est pas reconnu par ses pairs à l’internationnal.
Quand j’étais jeune, un médecin sorti du Cuss pouvait aller se spécialiser à l’étranger.

Benjamin Zebaze, Directeur de publication de Ouest-Littoral.

A coup de corruptions et de passes droits, il y a une multitude de formations onéreuses dans les domaines de la santé au Cameroun.
Demandez à un pharmacien formé au Cameroun d’aller se spécialiser en France: il se rendra compte que son diplôme ne vaut même pas le papier sur lequel il est rédigé.
C’est ce Cameroun que vous voulez ? Ce n’est pas celui que je veux pour nos enfants.
Quiconque aspire à la fonction présidentielle, doit réfléchir dès à présent sur le comment faire pour redresser cette situation sans laquelle ce pays n’a aucune chance de se s’en sortir.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *