LA UNE Opinion Société panorama 14 juillet 2020 (0) (178)

Caneroun > Méchanceté: Le miliadaire Samuel Foyou au centre d’un scandale

Partager

La police et la justice camerounaise sont complices du traitement affligé à M. Noubissi Sylvestre par le milliardaire, prioritaire de Fermencam, Me Samuel Foyou. Une affaire autour de laquelle se dégage une forte odeur de jalousie.

“Je m’appelle Noubissi sylvestre.
Ingénieur en génie civil et mettant en profit des connaissances au profit du groupe Foyou (propriétaire de fermencam, unalor, Montparagon, plasticam hôtel Krystal palace pour ne citer que ceux-là) .

J’étais jusqu’au 24 mai 2019 le chef de projet de la construction de son hôtel dénommé Krystal palace ( hôtel 5 étoiles) situé sur le boulevard de la liberté en allant vers l’hôtel le nde tout juste à côté la direction générale orange. Dans le cadre de ma mission j’étais appelé à intervenir dans tout ce qui était construction dans le groupe c’est à dire la construction de brasserie, l’extension de son usine fermencam, la construction de ses résidences personnelles etc..

Mes déboires démarrent lorsqu’un des locataires présent sur l’un des sites à moi confié vient se plaindre chez lui de ma gestion. Je rappel que ce site était un espace abandonné depuis son acquisition auprès de la famille fotso Victor et donc l’état n’étais pas exploitable.

J’ai rencontré M. Foyou mon unique interlocuteur pendant mes 09 ans passé dans le groupe qui m’autorise de faire de cette espace mon souhait mais à condition que lorsqu’un projet se présenterai à l’horizon que je puisse déguerpir sans problème. J’ai aménagé preuve à l’appui sur cet espace et pour le remercier j’effectuais des versements dans son compte tous les mois preuves a l’appui pendant les 4ans qu’à duré cette gestion.

La plainte du locataire à été pris en considération jusqu’à ce que le président daigne me réclamer la somme de 36 000 000 fcfa représentant les loyers non reversé. Stupéfait face à sa réaction et vis à vis de nos accords (verbaux) j’ai essayé en vain de lui expliquer que ce n’était pas nos accords et que j’ai mis plus de 40 000 000 millions pour viabiliser l’espace en lui présentant les différentes photos.

Face à son refus catégorique j’ai proposé de trouver un expert qui pourra évaluer les travaux effectivement réalisés et le comparer à la somme réclamée.

Si le rapport présente une moins value, je le rembourse si c’est le contraire moi je laisse sans problème. Il m’a été opposé un refus catégorique et m’informe que j’ai 7 jour pour lui ramener ses 36 000 000. J’étais à la tête de ses projets depuis 2011 , je m’étais transformé en architecte ingénieur, je m’étais rendu complice de plusieurs choses pour protéger ses avoirs.

M. Foyou m’a fait convoquer par le commissaire aux renseignements généraux M. Manga qui avait au préalable pris le soin de faire des enquêtes sur moi et informé M. Foyou que j’étais propriétaire d’un hôtel de 20 chambres au quartier Ndogbong et un immeuble au quartier Logpom et J’avais fait construire un logement à ma mère et a mon grand frère. M’interrogeant sur l’origine de mes avoirs j’ai informé qu’avant mon engagement dans le groupe j’étais employé au chantier naval et industriels du Cameroun et ensuite ingénieur structure, contrôleur dans au cabinet d’architecture kaloupe à Douala.

J’avais un snack et un restaurant à Akwa en plus j’avais plusieurs réalisations privées vérifiées et vérifiables dans la ville et hors de la ville. Le commissaire m’a informé que sa mission était de m’envoyer à New bell parceque face au réclamations de M. Foyou j’avais préfèré démissionné.

Et la seule chose qu’il pouvait faire pour m’aider c’était que je rembourse les 36 000 000 même si d’après son enquête c’est pas logique et que face à M. Foyou je ne pouvais rien. J’ai répondu que j’étais parti sur une colère extrême que même mes honoraires du mois n’avais pas été payé. Il (commissaire au renseignements généraux) m’a fait la proposition décrire une lettre ou je ne reconnais pas la dette mais pour une résolution à l’amiable je fais des propositions de remboursement ce qui a été fait.

Pour la première traité j’ai fait un premier versement de 1 500 000 avec décharge au commissaire et la seconde 500 000 sans décharge puisque je me disais qu’il avait présenté la solution a M. Foyou et que cella avais été acceptée. La troisième traite était convenu a 400 000 tous les mois et ça devait être effectif le 10 octobre 2019.

Choses curieuse le matin du 10 octobre 2019 plus exactement à 6h des hommes en civil se présentant comme des éléments de la police judiciaire débarquent chez moi et m’enlèvent sur le regard des enfants sans motif n’y mandat .

Arrivée à la police après de longues heures d’attente c’est a 14h qu’on m’informe que je suis là pour répondre d’une plainte de lasociété Sotrasel une des sociétés du groupe par ou passait le virement de mon salaire. Qui m’accuse du détournement de la somme d’environ 2 000 000 000 fcfa.

Au départ j’ai pas pensé à faire intervenir un avocat parceque je me disais que c’était pratiquement pas réaliste. Chose bizarre le commissaire aux renseignements généraux est venu à la PJ me demander de poursuivre les versements selon mon engagement. C’est au bout du 15 jours passé à la PJ que j’ai pu avoir un avocat et ce même jour j’ai été transféré à la prison de New Bell.

Le 09 janvier c’était le jour de mon unique passage au niveau du juge d’instruction Mr elaba après toutes mes explications et l’ensemble de mes preuves même si le dossier n’as rien dans le fonds le juge d’instruction m’informe que face à mon adversaire je ne pourrai rien. Et propose l’arrangement à l’amiable qui consiste à offrir à Mr Foyou mon hôtel de 20 chambres et mon immeuble situé à logpom et à moi de répondre pas possible.

Je préfère aller en justice. De ce jour jusqu’à nos jours plus rien. après l’expiration de mon mandat de 06 mois qui arrivait à terme le 25 avril 2020 j’ai reçu un autre de 12mois immédiatement et qui expire le 25 avril 2021. Toutes mes démarches pour une une liberté provisoire ont été rejeté.”

Boris Bertolt


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *