Amérique Europe LA UNE Politique panorama 27 avril 2020 (0) (403)

Covid-19: La France, aux origines du virus?

Partager

Dans une vidéo devenue virale, il expose comment la France a vendu à la Chine sous la présidence de Jacques Chirac le laboratoire de culture des virus. Il averti l’opinion que si la presse française s’empare de la question de l’origine du Covid-19, c’est tout simplement pour sauver la face, car elle sait pertinemment que l’administration américaine à travers son département d’État a demandé une enquête sur l’origine du virus mortel. Il en va de même de la diplomatie britannique qui est empressée de faire la lumière sur ce mal. Quant à Manuel Macron, il a évoqué le besoin de savoir plus.

Le laboratoire vendu par la France, appelé Laboratoire P4 et installé à Wuhan en Chine, dit-il, est de haute sécurité, soit disant biologique qui étudie les virus pathogènes, c’est-à-dire qui ne peuvent pas être tués par un vaccin ou par quelconque traitement. Et la France, reconnait le Français qui publie la vidéo, a livré le laboratoire clé en main. En ces temps là, il y a eu au sein du sérail des personnalités qui se sont opposées à cette vente. Notamment, le Secrétaire à la Défense nationale ou certains scientifiques français qui estimaient que la France allait livrer à la Chine, insiste-t-il dans la vidéo, une bombe atomique bactériologique.

Il poursuit en révélant qu’une fois l’Empire du milieu s’est emparé de cette technologie, il a tout de suite mis de côté les Français qui n’ont même pas réagi. D’abord, les Français ont constaté un manque de transparence au niveau des Laboratoires P3. C’est le niveau inférieur à P4. A ce niveau supérieur, on manipule les virus pathogènes dont on n’a aucun traitement. En deuxième lieu, il n’y a pas eu de coopération bilatérale à proprement parler sur la question. Ainsi avoue_t-il par exemple, qu’Alain Mérieux qui présidait le Comité conjoint franco-chinois a démissionné en 2015. En plus de ceci, 50 chercheurs français qui devaient travailler pendant 5 ans dans le laboratoire P4, n’y sont jamais allés. Par ailleurs, dans la foulée de ces dérives sur un sujet aussi sensible, le laboratoire a été construit uniquement par les entreprises chinoises qui se sont accaparées le marché.

Dans la même veine de ce chapitre, à l’inauguration et à l’ouverture du Laboratoire en janvier 2018, l’ambassade américaine a descellé de graves lacunes sécuritaires dans ce laboratoire P4 vendu par la France. Pour terminer avec cet éventail de manquements qui présageaient de la catastrophe d’aujourd’hui, mêmes les médias chinois en février 2020, ont estimé qu’il y avait des choses bizarres qui s’étaient produites et que peut-être des animaux de laboratoires auraient été vendus dans un marché d’à côté.

L’urgence d’une enquête internationale

La laboratoire P4 français vendu à la Chine, depuis le début de la propagation du virus à Wuhan en décembre 2019, avec les différents manquements sus-evoqués devraient nécessiter une enquête avec au premier chef l’Organisation mondiale de la santé (Oms). Il n’en est rien parce que cette institution n’a pas mis les pieds en Chine à cet effet. Elle n’a pas été autorisée pour verifier ce qui s’est passé. On peut du reste comprendre la suspension du financement américain à l’Oms.

Que s’est-il passé? La Chine entretient l’omerta sur la question. L’internaute français rappelle au passage la citation de Lénine qui disait que “les capitalistes vont vendre la corde qui va servir à les pendre”. Et bien reconnaît-il, la France a vendu la corde à laquelle elle est pendue aujourd’hui.

Il faut que la France se relève et s’active pour que cette enquête ait lieu en Chine, cette enquête internationale indépendante de concert avec l’Oms, les États-Unis, la France, la Grande Bretagne, l’Allemagne. C’est la condition pour vaincre cette terrible pandémie. Il faut savoir précisément d’où vient le virus, les différents contours de la contamination. La Chine ne peut pas continuer à humilier le monde avec ce virus qu’il a envoyé à travers le globe, conclut-il.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *