LA UNE Santé panorama 9 juin 2020 (0) (56)

Covid-19: le rétropédalage de l’Oms sur les protocoles de traitement

Partager

Contestée au départ, puis acceptée avant d’être à nouveau rejetée, l’Organisation mondiale de la santé a, une nouvelle fois, annoncée la reprise des essais cliniques sur l’hydroxychloroquine le 03 juin dernier, tout comme elle l’a fait pour le Covid Organics quelques jours plus tôt.

A quand la fin du cirque ? C’est la question qu’on peut logiquement et ontologiquement se poser suite aux multiples positions de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) vis-à-vis de l’adoption et la validation de l’hydroxychloroquine, principale ingrédient du protocole de traitement mis sur pied par le Pr Didier Raoult, pour soigner les patients du Covid-19. Après s’être âprement opposée à la consommation de la formule du Pr Didier Raoult, l’Oms s’est ravisée en acceptant des essais cliniques dudit traitement. Mais le 26 mai 2020, des responsables de l’agence des Nations unies pour la santé ont déclaré que l’hydroxychloroquine serait retirée de ces essais en attendant une évaluation de la sécurité sanitaire. Neuf jours après les avoir suspendus suite à la publication d’une étude dans la prestigieuse revue médicale The Lancet, notamment le 26 mai dernier, l’Organisation mondiale de la Santé a annoncé mercredi, 03 juin 2020, la reprise des essais cliniques sur l’hydroxychloroquine.
Car après analyse des «données disponibles sur la mortalité», les membres du Comité de sécurité et de suivi ont estimé «qu’il n’y a aucune raison de modifier le protocole» des essais cliniques, a annoncé le directeur général de l’Oms, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’une conférence de presse virtuelle. Dans le même ordre d’idée, au cours d’une visioconférence tenue le 21 mai dernier entre Andry Rajoelina, le président de Madagascar, et le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur de l’Oms a souligné que désormais, l’institution dont il a la charge, soutient le Covid-Organics et va l’étudier, avec un autre projet malgache de médicament injectable, en tant que médicament candidat au « Solidarity Trial », projet mondial de recherche d’un vaccin au Covid-19. L’agence onusienne s’est d’ailleurs engagée séance tenante, à signer un accord de confidentialité pour garder secrète la formule du Covid-organics, et va participer à Madagascar aux essais cliniques du futur médicament injectable. Une décision de l’Oms qui tranche avec ses positions initiales. Son refus de donner du crédit au breuvage malgache tant vanté par le président Andry Rajoelina comme produit efficace contre le coronavirus, avait amené ce dernier à fortement critiquer l’attitude qu’il jugeait « inconcevable » et « inadmissible », de l’Oms.
Traitement de la maladie

Bravant d’ailleurs toutes les craintes, réserves et interdictions de cette institution internationale sur la consommation de la potion malgache, Andry Rajoelina a initié une campagne de distribution massive de cette trouvaille à toute la population malgache. Convaincu par sa détermination et son engagement, plusieurs pays africains ont soutenu leur homologue en y passant des commandes puisque selon les scientifiques malgaches, le traitement n’est pas seulement curatif, mais aussi préventif. A présent que l’Oms est revenue sur ses décisions contestataires initiales, il ne reste plus qu’à attendre qu’il va sortir du laboratoire, un produit efficace qui sera enfin homologué pour définitivement contrecarrer le coronavirus vu que l’agence onusienne mène des essais cliniques sur divers médicaments pour évaluer ceux qui pourraient être bénéfiques dans le traitement de la maladie.

Rostand Tchami


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *