Amérique LA UNE Société panorama 4 juin 2020 (0) (405)

Etats-unis: La mort de George Floyd requalifiée en meurtre, les quatre ex-agents poursuivis

Partager

La mort par asphyxie de George Floyd est désormais qualifiée de meurtre. D’abord inculpé et écroué pour homicide involontaire, l’ancien policier Derek Chauvin qui s’est agenouillé sur son cou pendant huit minutes, provoquant son décès, est maintenant accusé de « meurtre non prémédité ». Il encourt jusqu’à 40 ans de prison.

En plus de durcir ses poursuites, le procureur Keith Ellison, représentant les autorités de l’Etat du Minnesota, a relevé à un million de dollars la caution libératoire de l’ex-agent. Les autres policiers qui l’accompagnaient durant l’interpellation, eux aussi renvoyés de la police depuis, sont pour leur part accusés de complicité. Tou Thao, Alexander Kueng et Thomas Lane se voient reprocher d’avoir aidé à plaquer au sol George Floyd, qui était menotté, et d’être restés passifs tandis que Derek Chauvin appliquait avec son genou une pression fatale sur le cou de la victime.

La famille de la victime, décédée le 25 mai, s’est félicitée de l’aggravation de ces poursuites, dans un communiqué transmis par son avocat, Ben Crump. « C’est un pas important sur la voie de la justice », a-t-elle commenté, neuf jours après la bavure enregistrée sur une vidéo qui a choqué la société américaine et jusqu’au-delà des frontières du pays. « Nous sommes reconnaissants de ce développement important avant que ne soit inhumé le corps de George Floyd », a ajouté la famille, en référence aux obsèques de la victime prévues la semaine prochaine.

L’avocat Ben Crump a demandé au procureur Ellison, qui s’est vu confier ce dossier explosif seulement dimanche, d’aller encore plus loin dans ses poursuites en considérant que l’homicide de George Floyd était prémédité. Sa mort, à l’âge de 46 ans, a généré un mouvement de protestation historique aux Etats-Unis, des centaines de milliers de personnes descendant dans les rues jour après jour pour dénoncer le racisme et les brutalités policières.


Partager

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *